Des transports publics à 1 euro dans plus d'une centaine de villes françaises

MOBILITE Plusieurs grandes villes, comme Paris, Lyon, Marseille ou Bordeaux ne sont pas concernées...

Avec agence

— 

La cour administrative d'appel de Marseille a annulé la déclaration d'utilité publique (DUP) du tramway de Nice, qui doit entrer en service en octobre, a annoncé lundi la Communauté d'agglomération Nice Côte d'Azur (CANCA).
La cour administrative d'appel de Marseille a annulé la déclaration d'utilité publique (DUP) du tramway de Nice, qui doit entrer en service en octobre, a annoncé lundi la Communauté d'agglomération Nice Côte d'Azur (CANCA). — Valéry Hache AFP

Les transports publics sont accessibles au prix d'un euro la journée ce mercredi 17 septembre, dans plus d'une centaine de villes, dont Caen, Lille, Nice, Orléans ou Strasbourg, pour marquer la Journée du transport public. «Il faut massivement développer des transports en commun de qualité, confortables, sobres et sécurisés. Il y a beaucoup d'avancées qui ont été faites mais il faut aller beaucoup plus loin», avait déclaré Jean-Louis Borloo en présentant la semaine européenne de la mobilité (16-22 septembre) vendredi.

Cette offre n'est en revanche pas valable dans plusieurs grandes villes, comme Paris, Lyon, Marseille ou Bordeaux. Vingt-six autres réseaux n'offrent qu'une réduction sur le prix du trajet unitaire ou de l'aller-retour.

>> Pour connaître les villes et les collectivités participantes, cliquez ici

Le ministre de l'Ecologie a insisté sur la situation des transports en Ile-de-France, déclarant qu'il y avait là «une vingtaine ou une trentaine d'années d'essoufflement». «Nous ne sommes pas à la hauteur des enjeux mais de ce point de vue, on travaille en parfaite harmonie» avec la région socialiste, a-t-il encore affirmé.

Pour sa part, le président de la région Ile-de-France, Jean-Paul Huchon, également présent lors de cette présentation, s'est déclaré «prêt à apporter deux-tiers des financements» pour le développement des transports dans sa région, mais a rappelé que «l'Etat (devait) apporter au moins une partie du dernier tiers».