Les fiches des RG en libre accès: «Grosse déception, ils n'avaient rien»

Antonin Chilot - ©2008 20 minutes

— 

Alors que la polémique sur le fichier Edvige, qui rassemblera les données des Renseignements généraux (RG) et de la Direction de la surveillance du territoire (DST), continue, nous avons recueilli les témoignages de personnes qui ont demandé à la Cnil (Commission nationale informatique et liberté) leur fiche RG.

· Jean-François Kahn, essayiste «J'ai reçu mon dossier RG il y a trois mois, après un an d'attente. Grosse déception, ils n'avaient rien. J'espérais qu'ils s'étaient intéressés à ma vie sexuelle, mais même pas ! Huit cents pages de comptes rendus de réunions et d'articles, d'enquête de voisinage pour savoir si je faisais du bruit... Tout ça en dit long sur la mauvaise utilisation de l'argent du contribuable. Ce travail coûte cher, mais ne sert à rien.»

· Lionel Primault, militant associatif «Je suis un membre très actif de Jeudi Noir et Génération Précaire et je voulais savoir ce qu'ils avaient sur moi car j'ai très souvent affaire aux RG, notamment au téléphone. Mais il n'y a presque rien dans ma fiche, même pas mon numéro de portable ! Je suis persuadé qu'il y a une fiche officielle pour la Cnil et une autre, interne.»

· Sabine Herold, présidente d'Alternative Libérale «En 2003, j'ai participé avec mon association, Liberté, j'écris ton nom, à des manifestations. On a fait défiler 80.000 personnes dans la rue pour dire oui aux réformes. Des gens des RG m'ont posé des questions. Mais fin août, la Cnil m'a annoncé que je n'ai pas de fiche, alors que je sais qu'ils suivaient mon parcours. J'ai de gros doutes...»

· Marc*, ancien journaliste «Je travaillais pour un quotidien national et, en 1998, un responsable des RG avec qui j'avais sympathisé, m'a dit en plaisantant: «Tu veux voir ta fiche?» J'ai été surpris parce qu'ils me suivaient en fait depuis très longtemps et certains éléments étaient vraiment d'ordre privé. Et même si je n'ai jamais fait de cette histoire une psychose, je reste opposé au fichier Edvige.»