Sarkozy à l'abordage des pirates

David Carzon - ©2008 20 minutes

— 

Un avertissement aux pirates et un appel à la communauté internationale. Sur ordre du président de la République, les forces spéciales françaises ont libéré lundi soir les deux otages français retenus sur le Carré-d'As depuis quinze jours par des pirates somaliens. « Quand nous avons eu la certitude que les ravisseurs voulaient rejoindre Eyl [leur repaire situé dans le nord-est de la Somalie], l'option militaire s'est imposée », a expliqué hier Nicolas Sarkozy au cours d'une conférence de presse. Le Président a toutefois refusé de préciser le mode opératoire utilisé.

Mais de source interne, on sait que contrairement à la spectaculaire opération mise en place pour libérer les otages du Ponant, la trentaine de commandos marine a joué sur l'effet de surprise. « La dernière fois, nous avons montré nos muscles, explique un militaire. Cette fois, les commandos se sont infiltrés à proximité de l'objectif et ont mené une manoeuvre de diversion. » Des coups de feu ont été échangés lors de l'assaut qui a duré une dizaine de minutes, provoquant la mort d'un des sept pirates.

Au-delà de cette libération, en rappelant que 150 otages étaient aux mains des pirates somaliens, Nicolas Sarkozy a voulu adresser hier « un avertissement à tous ceux qui se livrent à cette activité criminelle ». Le chef de l'Etat a également demandé à la communauté internationale de se mobiliser et s'est déclaré favorable à la constitution d'« une police des mers pour sécuriser cette zone » par laquelle transitent 48 000 bateaux par an. Ce projet pourrait être évoqué dès la semaine prochaine lors de l'assemblée générale de l'ONU.

Sur www.20minutes.fr

La carte des actes de piraterie