Hervé Morin s'élève contre Edvige

POLITIQUE Le ministre de la Défense s'est interrogé publiquement à l'occasion de l'université d'été de son parti sur certains contenus du fichier de renseignement Edvige, qui suscite un tollé de l'opposition, du MoDem et des associations...

Avec agence

— 

AFPTV

«Nous avons besoin de fichiers pour assurer la sécurité de nos compatriotes. Mais en l'espèce, je voudrais poser un certain nombre de questions...» Celui qui s’exprimait de la sorte samedi n’est autre que le ministre de la Défense, Hervé Morin.  Le président du Nouveau centre (NC, partenaire de l'UMP) Hervé Morin s'est interrogé publiquement à l’occasion de l’université d’été de son parti sur certains contenus du fichier de renseignement Edvige, qui suscite un tollé de l'opposition, du MoDem et des associations.

Interrogations

«Est-il utile pour assurer la sécurité de nos compatriotes, de centraliser des informations relatives aux personnes physiques ayant seulement sollicité un mandat politique ou syndical ?» «Est-il utile que (...) l'on y intègre des éléments type les coordonnées téléphoniques, les orientations, sans savoir exactement de quoi il s'agit, des informations d'ordre fiscal ou patrimonial ?» «Est-ce bien nécessaire de ficher les personnes jouant selon les termes même du décret un rôle institutionnel économique social ou religieux significatif? N'y a-t-il pas là un curieux mélange des genres?», s’est interrogé Hervé Morin.

Créé par un décret paru le 1er juillet au Journal officiel, Edvige permet de recenser dès 13 ans des personnes jugées «susceptibles de porter atteinte à l'ordre public», ainsi que des personnes «ayant sollicité, exercé ou exerçant un mandat politique, syndical ou économique» ou jouant un «rôle institutionnel, économique, social ou religieux significatif».

Edvige suscite un tollé parmi les associations, dans l'opposition. Le président du MoDem François Bayrou appelle «un mouvement de refus républicain» contre Edvige.

Et vous, qu'en pensez-vous? Edvige porte-t-il excessivement atteinte aux libertés publiques?



Recours
Le Conseil d'Etat devrait rendre fin décembre sa décision sur la légalité du fichier policier Edvige, contre lequel de nombreuses associations et personnalités politiques ont déposé des recours.