Affaire Clavier: Dominique Rossi sort de sa réserve

CORSE L'ancien responsable des forces de sécurité de l'île estime que le maintien de l'ordre est un «exercice difficile et délicat»...

Sa. C. avec agence
— 
La ministre de l'Intérieur Michèle Alliot-Marie a revendiqué mercredi la paternité de la mutation-sanction du patron des forces de sécurité en Corse, Dominique Rossi, et qualifié l'occupation de la propriété de Christian Clavier de "violation" du droit de propriété.
La ministre de l'Intérieur Michèle Alliot-Marie a revendiqué mercredi la paternité de la mutation-sanction du patron des forces de sécurité en Corse, Dominique Rossi, et qualifié l'occupation de la propriété de Christian Clavier de "violation" du droit de propriété. — Stephan Agostini AFP/Archives

Après la sanction, l’explication. Sortant de son silence depuis l’annonce de sa mutation après l’occupation du jardin de la villa de Christian Clavier par des nationalistes, Dominique Rossi, désormais ex-patron des forces de sécurité  de Corse, s’est exprimé, jeudi. «Le maintien de l'ordre est un exercice difficile et délicat qui consiste à intervenir au moment opportun et dont les résultats peuvent être appréciés différemment», a-t-il déclaré à l’AFP.


>> A lire: notre revue de presse sur l'affaire


«Je suis un fonctionnaire obéissant»


Dominique Rossi a été relevé de ses fonctions, lundi. Le ministère de l'Intérieur lui reproche de n'avoir pas pris les mesures nécessaires pour protéger la propriété de Christian Clavier alors qu'il avait été alerté dès vendredi soir par les services de renseignement. «Il est assez rare que l'on intervienne à priori, si il n'y a pas d'incident préalable ou d'agression physique caractérisée contre les personnes ou les biens», s’est-il justifié.


«Je suis un fonctionnaire obéissant; en tant que fonctionnaire, je suis tenu à l'obligation de réserve. Je n'ai pas à commenter ni en négatif ni en positif les décisions prises à mon égard par le ministre de l'Intérieur et le directeur général de la police nationale», a-t-il ajouté. Et d’ajouter: «Je suis actuellement en congé, a précisé le contrôleur général Rossi, je rejoindrai mon poste dans quelques jours. Je devrais m'occuper d'audits de service à l’Inspection générale de la police nationale», la police des polices.


«Rien à se reprocher»


La veille, il avait assuré au quotidien «Le Monde» qu’il n’avait «rien à se reprocher». «J'ai eu deux renseignements, dont un provenant de la direction des renseignements intérieurs à Paris, selon lesquels le rassemblement des nationalistes qui était prévu samedi matin devant la mairie de Porto-Vecchio pourrait se déplacer vers le site de Punta d'Oro et aller chez Christian Clavier», a-t-il déclaré au journal.


«J'ai alerté les gendarmes de Porto-Vecchio et leur ai demandé de prendre des dispositions préventives mais de n'intervenir qu'en cas d'incidents», a-t-il encore précisant, affirmant que l’intrusion, bien qu’illégale, s'est déroulée sans destruction ni vandalisme.