En Corse, la maison de Christian Clavier est visitée, un chef de la police est viré

SANCTION Dominique Rossi, coordinateur des services de sécurité intérieure sur l’île de Beauté, a été limogé lundi. Deux jours plus tôt, la maison de l'acteur Christian Clavier avait été occupée pacifiquement par des nationalistes...

M. Gr.

— 

Christian Clavier à la soirée UMP.
Christian Clavier à la soirée UMP. — Reuters

Entre burlesque et grandes manoeuvres, voilà l'«Enquête corse» revisitée. Dominique Rossi, le Monsieur Sécurité de la Corse, a été limogé lundi. Deux jours après l'occupation pacifiste par des militants indépendantistes de la villa de Christian Clavier, toute proche de la plage de Palombaggia, une des plus réputées de l'île. L'acteur et les gardiens de sa propriété ont d'ailleurs été entendus par la police, mardi après-midi, dans le cadre de l'enquête.

Le ministère de l'Intérieur a confirmé ce mardi le lien entre la sanction et l'occupation de la villa. Rossi a été «relevé lundi de ses fonctions, a été muté à l'IGPN», la police des polices.

L'acteur et le copain des puissants

Samedi matin, alors que le lotissement de la Punta d’Oru, sur le territoire de la commune de Porto-Vecchio, est baigné par le soleil, des militants indépendantistes franchissent les grilles de la coquette demeure de Christian Clavier. Ils veulent rencontrer le comédien phare des «Visiteurs», ami de Nicolas Sarkozy et de Camille de Rocca Serra, député UMP de la Corse-du-Sud et président de l'Assemblée de Corse, afin qu’il relaie leurs revendications contre le Padduc (plan d'aménagement et de développement durable de la Corse).

Immobilier et aménagement du territoire

Ce texte controversé sera discuté à l'Assemblée de Corse courant 2009, il dessinera le nouveau visage urbain et immobilier de l'île pour plusieurs années. Absent, l'acteur est contacté par le couple de gardiens qui assurent la surveillance de sa résidence. Christian Clavier est catégorique: «Recevez-les correctement et servez-leur des rafraîchissements», ordonne-t-il, dans une scène digne de l’«Enquête corse». L’acteur est peut-être inspiré par son rôle dans l’adaptation cinématographique de la bande dessinée.

Tracts et limonades

Les indépendantistes vont attendre tranquillement, installés sur les transats et les chaises longues au bord de la piscine. Mais Clavier ne viendra pas. «Sur place, nous avons laissé un tract détaillant nos revendications, dit au correspondant du «Monde», Rose-Marie Prosperi, élue nationaliste à l'Assemblée régionale. Au-delà de l'aspect médiatique, ce n'était pas spécialement un discours dirigé contre Christian Clavier. Dans les environs, n'importe quelle villa aurait pu faire l'affaire.»

Hollande et Bayrou réagissent


Sauf que la farce va mal tourner pour Dominique Rossi, coordinateur des forces de sécurité intérieure sur l’île de Beauté. Rendu responsable de cette drôle d’aventure, prévenu la veille de l'action des indépendantistes par les renseignements, il est limogé sur un coup de fil du ministère de l’Intérieur.

François Hollande a grondé ce mardi matin sur Europe 1: «La violation d'un domicile, c'est inacceptable. En Corse, depuis des mois, il y en a eu des violations de domicile, des attentats. Je veux croire que ce n'est pas parce que c'est le domicile de Christian Clavier qu'il y a cette sanction. En matière de sécurité, il n'y a pas des citoyens qui seraient plus protégés que d'autres.» François Bayrou a également tonné sur les ondes de France Inter : «C'est révélateur du régime dans lequel nous sommes. C'est le fait du prince.»

Du côté de l’Elysée, on fait profil bas. Ou comment l’occupation paisible d’un jardin corse, à la fraîche, devient une affaire d’Etat filandreuse.