Les courses de tous les dangers

FOURNITURES A les entendre, les grandes surfaces n'ont qu'une idée en tête: que les Français dépensent le moins possible. Et elles seraient particulièrement soucieuses de limiter le budget fournitures des familles. Avares d'informations sur les ventes réalisées...

Angeline Benoit et Jade Gilles - ©2008 20 minutes

— 

Le ministre en charge de la Famille Xavier Bertrand a affirmé vendredi à Clichy (Hauts-de-Seine) que la modulation de l'Allocation de rentrée scolaire (ARS) en fonction de l'âge des enfants, en cours de discussion, ne fera "aucun perdant".
Le ministre en charge de la Famille Xavier Bertrand a affirmé vendredi à Clichy (Hauts-de-Seine) que la modulation de l'Allocation de rentrée scolaire (ARS) en fonction de l'âge des enfants, en cours de discussion, ne fera "aucun perdant". — Mychele Daniau AFP/Archives

A les entendre, les grandes surfaces n'ont qu'une idée en tête: que les Français dépensent le moins possible. Et elles seraient particulièrement soucieuses de limiter le budget fournitures des familles. Avares d'informations sur les ventes réalisées à la rentrée - aucune n'a accepté de nous répondre -, elles sont extrêmement loquaces sur leurs efforts en faveur du pouvoir d'achat. Une telle aubaine méritait d'aller y voir de plus près.

Tour d'horizon après un week-end de relevés de prix, liste Darcos en main, dans cinq enseignes de la région parisienne.

Les bonnes surprises

· Les prix annoncés se vérifient dans leur quasi-totalité. Les différences constatées sont de quelques centimes au détriment du client. Exception : une calculatrice Auchan présentée à 31 euros et vendue 30 euros.

· Certains magasins proposent une offre très complète et bien organisée. Ainsi, Monoprix vend jusqu'à la blouse de chimie.

Les mauvais points

· Les produits en promotion sont parfois difficiles à localiser ou en rupture de stock. Ainsi, à Casino, impossible de trouver les feuilles de dessin promises à 2 euros, de même que la trousse à 1,30 euros chez Auchan. Toujours chez Auchan, l'agenda à 1,30 euros est à dénicher en bas de rayon, sous les modèles plus chers (de 4 euros à 14 euros). Chez Leclerc, cinq produits (crayons à papier, gommes, colle, effaceurs et ciseaux) sur les dix-sept en promo sont épuisés.

· Dans tous les magasins, l'affichage des prix est anarchique, avec des étiquettes sur les rayons qui ne correspondent pas aux articles. A Carrefour, le rouleau couvre-livres à 0,35 euros est bien là, mais sans prix affiché, contrairement à ses équivalents de 0,80 euros à 3 euros. De même, les 400 feuillets à 1,07 euros sont situées sous les paquets de 200 pages à 2,50 euros, mais difficile de le savoir faute d'étiquette.

· Les produits en promotion prévus pour la liste Darcos sont le plus souvent de mauvaise qualité et ne correspondent pas toujours à la liste. Ainsi, les pinceaux Casino ne sont pas en poils naturels. Et les cahiers Carrefour (0,25 euros le petit et 0,57 euros le grand) n'ont qu'une couverture papier.

>>> Retrouvez notre dossier sur la rentrée scolaire en cliquant ici

Conclusion, les hypermarchés mettent en valeur leurs produits ou ceux de grandes marques, plus chers. Entre la confusion dans les rayons et l'offre parfois pléthorique, tout semble pensé pour faire dépenser de l'argent. N'y entrer qu'en consommateur averti, ou redécouvrir la papeterie du coin. RentreeScolaire

 Satisfait
«Les enseignes ont joué le jeu, même s'il existe des disparités, nous a affirmé hier Xavier Darcos. Cela nous a permis d'éviter les dérives, y compris sur les produits plastifiés qui ont subi une hausse des prix liée au pétrole. Cette initiative a été utile et nous la reconduirons certainement à la rentrée prochaine.»