Aide personnalisée en primaire: Xavier Darcos recommande aux élus locaux de se «débrouiller»

RENTREE Le ministre ne veut pas différer sa réforme...

Avec agence

— 

Le ministre de l'Education Xavier Darcos a assuré que la rentrée 2008 "se passera tout à fait normalement" et estimé qu'il n'y aurait "pas de chaos" en dépit des 11.200 suppressions de postes, lors de sa conférence de presse de rentrée jeudi.
Le ministre de l'Education Xavier Darcos a assuré que la rentrée 2008 "se passera tout à fait normalement" et estimé qu'il n'y aurait "pas de chaos" en dépit des 11.200 suppressions de postes, lors de sa conférence de presse de rentrée jeudi. — Pierre Verdy AFP
«Débrouillez-vous!» C’est la réponse de Xavier Darcos, le ministre de l’Education, aux élus locaux s’inquiétant des difficultés de mise en place de deux heures hebdomadaires d’aide personnalisée en primaire.

>> Posez vos questions à Xavier Darcos en cliquant ici, il vous répond lundi sur 20minutes.fr<<
RentreeScolaire
Le ministre a répété lors de sa conférence de rentrée qu’il ne «différerait pas» sa réforme, jugeant que les «difficultés» se situent «essentiellement dans les communes rurales».

Difficulté pour trouver la tranche horaire adéquate

La mesure prévoit de supprimer le samedi matin et de faire passer le nombre d'heures hebdomadaires en classe normale de 26 à 24. En revanche, les écoliers les plus en difficulté pourront bénéficier de deux heures d'«aide personnalisée».

C’est la mise en place concrète de cette mesure qui pose problème. Les établissements et communes doivent en effet trouver les tranches horaires adéquates pour placer cette aide. Le matin avant la classe, la pause de midi, après 16h30 ou encore le mercredi matin font partie des pistes envisagées.

Problème de restauration ou de transport

Mais des difficultés de transport ou de restauration scolaire pourraient handicaper certaines communes, notamment rurales. L'Association des maires de France (AMF) avait d’ailleurs demandé en juillet de repousser d'un an la réforme.

Le ministre, qui a annoncé une prime de rentrée de 1.500 euros aux nouveaux enseignants ce jeudi matin, ne semble pas décidé à l’écouter.