Un cas "possible mais non confirmé" de chikungunya a été signalé chez une habitante de Gennevilliers (Hauts-de-Seine), a indiqué mardi la Direction générale de la santé, suite à une information publiée par plusieurs médias.
Un cas "possible mais non confirmé" de chikungunya a été signalé chez une habitante de Gennevilliers (Hauts-de-Seine), a indiqué mardi la Direction générale de la santé, suite à une information publiée par plusieurs médias. — Thierry Roux AFP/Archives

PARASITE

Deux cas de paludisme... sans quitter la France

On peut attraper le paludisme sans quitter le sol français. C'est l'expérience douloureuse vécue par un couple de parisiens hospitalisés au CHU de Nice...

On peut attraper le paludisme sans quitter le sol français. C’est l’expérience douloureuse vécue par un couple de jeunes parisiens. Ces deux cas de paludisme autochtones ont été signalés par le Centre hospitalier de Nice (CHU), selon la direction générale de la Santé (DGS). Ils n’ont pourtant pas voyagé dans des zones de présence du parasite. Leur état de santé s’est amélioré.

Comment ont-ils contracté cette maladie tropicale? Le diagnostic de «paludisme autochtone dit d'aéroport semble à ce jour le plus probable, un moustique importé d'un pays impaludé via l'aéroport de Roissy ayant pu transmettre le parasite», explique ce mercredi la DGS.

Les moustiques des terminaux

Le couple, arrivé dans le sud de la France le 13 août, a présenté les premiers signes cliniques les 18 et 19 août, avant d’être hospitalisé le 23. Il avait séjourné précédemment à 7 kilomètres de l'aéroport de Roissy du 5 au 7, puis en Normandie entre le 8 et le 12 août. Où se baladent donc les fameux moustiques? Pas forcément dans les environs de Roissy, répond la direction de l’aéroport à 20minutes.fr, «7 kilomètres, c’est loin».

Une recherche a donc été lancée autour du lieu de vacances du couple, à Saint-Raphaël dans le Var, afin d'écarter l'hypothèse de la présence locale d'un moustique vecteur du palu, l’Anophèle. Pas la peine de dormir (encore) avec une bombe Baygon à ses côtés, les probabilités restent très faibles.

Le paludisme des aéroports est rare. Les derniers cas signalés datent de 1999. Les résidants de communes situées aux alentours d'aéroports internationaux, notamment Roissy et Orly, sont particulièrement surveillés. Le continent africain est la zone la plus touchée par la forme principale du paludisme.