Le gouvernement ne supprime pas les bourses aux handicapés

SOCIAL Il retire la majoration des droits par rapport à la bourse. En compensation, le secrétariat d'Etat à la Solidarité verse à tous les handicapés une nouvelle prestation...

Valérie Zoydo

— 

Plusieurs étudiants handicapés ont été privés de rentrée universitaire lundi sur le campus de Tours, en raison de l'absence d'auxilliaires de vie universitaire pour les aider, a-t-on appris auprès de l'association Handicap Conseil.
Plusieurs étudiants handicapés ont été privés de rentrée universitaire lundi sur le campus de Tours, en raison de l'absence d'auxilliaires de vie universitaire pour les aider, a-t-on appris auprès de l'association Handicap Conseil. — Alain Jocard AFP
«Nous ne supprimons pas les bourses des étudiants handicapés», souligne le ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche, à la suite de l’information donnée par France Info ce lundi matin, relayée sur 20minutes.fr. Il y était dit que 30% de boursiers parmi les 10 000 étudiants handicapés pourraient être privés de leur bourse, en raison d’une nouvelle aide compensatoire du handicap.
 
Suppression de la majoration de 0 à 1000 euros

« Nous supprimons juste la majoration des droits par rapport à la bourse», rétorque le ministère. Cette dernière qui concernait exclusivement les étudiants handicapés boursiers, variaient de 0 à 1000 euros par an, en plus de la bourse, selon la lourdeur du handicap. Désormais supprimée, elle est remplacée par cette fameuse aide compensatoire qui concerne désormais tous les handicapés de moins de 21 ans, étudiants ou pas. Cette aide existait déjà pour les handicapés de plus de 21 ans.
 
Une prestation compensatoire du handicap de 1300 euros, ouverte aux moins de 21 ans
 
Ainsi, Valérie Létard, la secrétaire d'État à la Solidarité a généralisé depuis avril 2008 une prestation compensatoire du handicap (PCH) d’une hauteur de 1300 euros par mois. «Soit plus de 15 fois que la précédente » explique le ministère de l’Enseignement supérieur.
 
Enfin, concernant la bourse des étudiants handicapés, rien ne change : au même titre que les autres étudiants, les étudiants handicapés se voient attribuer une bourse sur les critères de revenus de leurs parents et d’éloignement du domicile. «L’étudiant handicapé boursier reste boursier», insiste le secrétariat d’Etat à la Solidarité.
 
Une aide personnalisée

Pourtant, selon Patrice Fondin, délégué général de l’association Handisup, (une association d’étudiants handicapés pour les établissements d’enseignements supérieur), la bourse et la prestation de compensation du handicap sont deux choses bien différentes. La bourse servant à payer les études et la prestation, à financer les aides humaines pour compenser le handicap. «C’est effectivement un débat», reconnaît le ministère de l’enseignement supérieur. Et le secrétariat d’Etat à la Solidarité d’expliquer: «L’aide compensatoire prend la personne handicapée dans sa globalité. Au-delà de ses heures de cours, elle continue à avoir besoin d’aide». Ainsi, la PCH, attribuée par le conseil général, offre une aide personnalisée à la personne handicapée: «Cette prestation varie en fonction du projet de vie de la personne et de son handicap. Cela peut-être une aide pour la prise de notes en cours, un auxiliaire de vie quotidienne,  des aides techniques, un transcripteur en braille pour les aveugles…» énumère le secrétariat d’Etat à la Solidarité.
 
En attendant, il reste encore le problème de l’accessibilité des universités. « Ce dispositif est en phase de transition. Tous les établissements publics ne sont pas encore au même niveau en termes de prise en charge», explique Patrice Fondin. «C’est vrai», reconnaît le ministère de l’enseignement supérieur, «Nous voulons atteindre nos objectifs d’ici fin décembre 2011».