Les Verts enfin mûrs pour s'ouvrir aux autres écolos

A Toulouse, Amandine Rancoule - ©2008 20 minutes

— 

Dans un amphithéâtre comble, samedi soir à Toulouse, les Verts ont réussi, en clôture de leurs journées d'été, à galvaniser les foules en posant les jalons d'un rapprochement des différentes sensibilités écologiques, de José Bové à Nicolas Hulot, en vue des élections européennes de 2009. « Nous sommes un regroupement qui peut surmonter ses différences car nous avons un socle commun : le refus du libéralisme », a déclaré Daniel Cohn-Bendit, coprésident des Verts au Parlement européen, aussitôt salué par une salve d'applaudissements.

Rappelant aussi la nécessité de « sortir du modèle libéral », José Bové, encouragé par des « décide-toi » de la salle, a adhéré à l'ouverture. « J'espère que les gens sortiront en se disant : Qu'est-ce qu'on est cons. Pourquoi on ne l'a pas fait plus tôt'' », a lancé l'altermondialiste, chaleureusement applaudi. Après avoir évoqué « l'importance d'assumer les divergences » sur le traité constitutionnel européen, il a demandé que « les chefs d'Etat et les technocrates » n'établissent pas « les règles de l'Europe » à la place des citoyens.

« Il est plus que temps que les Verts s'ouvrent. Encourager oui, soutenir oui. Appeler à voter, je ne suis pas prêt », a fait savoir Nicolas Hulot, absent, lors d'un message diffusé durant le débat. En conclusion, Cécile Duflot, secrétaire nationale des Verts, s'est félicitée « du point de compromis trouvé dans le refus du libéralisme ». En fixant le prochain rendez-vous au 13 septembre, Cécile Duflot s'est dite « d'accord pour participer à ce rassemblement, et ne pas dire que les Verts en sont les chefs ».

Sur www.20minutes.fr

Nos portraits des leaders écologistes