«Gilets jaunes»: A quoi va ressembler le quinzième week-end de mobilisation?

MOBILISATION Les «gilets jaunes» poursuivent le mouvement de revendication ce week-end avec plusieurs actions prévues

20 Minutes avec AFP

— 

L'acte 14 de la manifestation des «gilets jaunes» le week-end dernier.
L'acte 14 de la manifestation des «gilets jaunes» le week-end dernier. — Eric Feferberg/AFP

Rassemblements sur les Champs-Elysées, grosse affluence attendue à Clermont-Ferrand, pique-nique devant le château de Chambord : les « gilets jaunes » poursuivent samedi leurs actions même si la mobilisation faiblit.

L'acte 14 avait rassemblé 41.000 personnes, selon le ministère de l’Intérieur, en baisse pour le quatrième week-end consécutif, loin des 282.000 recensées le 17 novembre, jour de lancement de cette contestation sociale inédite.

Les Champs-Elysées à nouveau au centre des revendications

Mais les chiffres sont régulièrement contestés par les manifestants. Deux événements Facebook appellent les « gilets jaunes » à se réunir dans la matinée à Paris en haut des Champs-Elysées, autour de l’Arc de Triomphe, avant de commencer à 13 heures une « marche dans les beaux quartiers » dont la dispersion est prévue à Trocadéro à 18 heures. Quelque 3.800 personnes ont annoncé vendredi après-midi leur intention de participer à ces rassemblements, et plus de 18.000 se sont déclarées « intéressées », des chiffres qui ne présument pas de l’affuence dans la rue : samedi dernier, 5.000 « gilets jaunes » ont défilé dans la capitale.

Eric Drouet, l’une des figures du mouvement, a annoncé mercredi sur Youtube sa présence samedi à Paris, affirmant recevoir « beaucoup d’invitations » pour « aller dans d’autres villes sur certains actes, comme à Toulouse ». « On ne lâche rien », a ajouté le chauffeur routier. « Si certains pensent que les policiers seront épuisés et qu’on les aura à l’usure, ils se trompent. Les policiers seront présents et feront leur métier », a assuré vendredi Christophe Castaner, lors d’un déplacement à Aubervilliers (Seine-Saint-Denis).

Plusieurs autres rendez-vous en France

A Bordeaux, place forte des « gilets jaunes » et théâtre chaque samedi de heurts violents, les syndicats de police ont alerté vendredi les autorités nationales sur la situation « critique » et la « lassitude morale et physique » des policiers, réclamant des moyens de lutte plus efficaces contre « la guerilla urbaine ». D’autres rassemblements sont prévus en province, notamment à Clermont-Ferrand, où 3.000 personnes doivent converger depuis toute la région Auvergne-Rhône-Alpes.

Des barrages de police et gendarmerie, dont la mobilisation a été « renforcée », seront installés en amont pour prévenir « la venue des éventuels casseurs et saisir les objets pouvant servir d’armes par destination », indique sur son site internet la préfecture du Puy-de-Dôme. La ville entière s’est barricadée : commerces, parcs et bâtiments publics seront fermés dans l’après-midi, tandis que les concerts et les spectacles ont été annulés. Tout ce qui peut servir de projectiles a été retiré (horodateurs, poubelles, bancs publics, etc.) pour un coût total estimé à 300.000 euros.

Lire notre dossier sur les « gilets jaunes »

A Chambord, un appel à pique-niquer devant le célèbre château, où Emmanuel Macron avait fêté ses 40 ans fin 2017, a été lancé. Les organisateurs, qui espèrent « au moins 2.500 personnes », dont Priscillia Ludosky, figure du mouvement. D’autres rassemblements ont été annoncés sur Facebook dans d’autres métropoles régionales : Bordeaux, Lille, Lyon, Rennes, Strasbourg, Toulouse, etc.).