L'opposition sceptique sur les annonces de François Fillon

POLITIQUE François Hollande plaide pour un plan de relance...

Sy M. avec agence

— 

François Hollande, le 4 juin 2008.
François Hollande, le 4 juin 2008. — S. Pouzet / 20 MINUTES

«Coup de com», «réunion pour rien», «politique de l’autruche». Les annonces de François Fillon lundi n’ont pas suscité l’enthousiasme dans les rangs de l’opposition et des forces syndicales.

Ce mardi sur RTL, le secrétaire général de Force Ouvrière Jean-Claude Mailly a dénoncé «le coup de com» du Premier ministre et affirmé qu'il ne fallait «pas grand chose» pour qu'un mouvement social se déclenche. Selon le leader syndical, «tous les indicateurs sont au rouge. Il y a nécessité d’agir, on ne peut pas dire on va attendre».

François Hollande, le Premier secrétaire du Parti socialiste (PS), estime que, contrairement à ce que propose le gouvernement, il aurait fallu annoncer un plan de relance.

Remise en cause du paquet fiscal

Dans une interview au «Parisien/Aujourd’hui en France», François Hollande explique que ce «plan serait financé par une remise en cause de certaines mesures du paquet fiscal». Pour le Premier secrétaire du PS, «si Fillon n'a pas pris de décision, c'est qu'il n'y a plus rien dans les caisses de l'Etat. Il a tout dépensé».

Lundi, le PS avait condamné l’obstination du gouvernement «à nier ses responsabilités». «Une politique de l’autruche», selon les mots du député Henri Emmanuelli, qui est «assez irresponsable». Les différents responsables socialistes ont plaidé pour une mise en place plus rapide du chèque transport, une augmentation de l’allocation de rentrée scolaire et une nouvelle allocation énergie.