Mort d’un bébé à Bonifacio: les deux adolescents remis en liberté

Avec agence

— 

Camille, bébé de 8 mois d'un couple du Val-de-Marne, est mort le 5 août après avoir été atteint par une pierre jetée du haut des remparts de Bonifacio.
Camille, bébé de 8 mois d'un couple du Val-de-Marne, est mort le 5 août après avoir été atteint par une pierre jetée du haut des remparts de Bonifacio. — Stephan Agostini AFP/Archives

Les deux adolescents de 13 et 14 ans qui ont, début août , provoqué la mort d'un bébé par un jet de pierre, ont été remis en liberté ce lundi soir, sur décision de la cour d'appel de Bastia. A leur sortie de détention, ils ont été placés pour une durée de six mois au centre d'action éducative de la Protection judiciaire de la jeunesse à Bastia.

«Un sas nécessaire»


«Je pense que c'est un sas nécessaire vers une remise en liberté totale», a estimé Me Antoine Sollacaro, l'avocat des deux adolescents. «On ne peut pas sortir de cette affaire de façon brutale. Surtout, je pense que cette mesure est protectrice des enfants eux-mêmes et non pas une mesure de rétorsion à leur égard, il faut en tout cas la prendre comme telle», a-t-il ajouté.

Le parquet avait requis le maintien en détention des deux jeunes cousins. Une enquête sociale sera également diligentée et les deux adolescents devront se soumettre à un suivi psychologique.

Un jet de pierre du haut des remparts de Bonifacio

Camille, bébé de 8 mois d'un couple du Val-de-Marne, est mort le 5 août après avoir été atteint par une pierre jetée du haut des remparts de Bonifacio. Les deux adolescents ont été mis en examen pour «violence volontaire ayant entraîné la mort sans intention de la donner sur un mineur de moins de 15 ans». Les deux cousins lançaient des pierres en contrebas des remparts depuis dix minutes au moment du drame et des touristes leur avaient demandé d'arrêter. En vain.

L'auteur du jet de pierre avait expliqué qu'il voulait la lancer en direction de la mer mais qu'elle avait rebondi sur la paroi avant de heurter la tête du bébé, dans les bras de sa mère.

Afin d'éviter les débordements, nous préferons fermer cet article aux commentaires.