Le trafic est rétabli sur les lignes SNCF dans le sud-est de la France

TRANSPORTS La CGT dénonce les économies sur la maintenance...

Avec agence

— 

Les gares connaissaient elles aussi samedi l'affluence des grands jours avec quelque quatre millions de voyageurs, dont 2,3 millions au départ de Paris. La SNCF a affrété 2.700 trains dont 1.930 TGV depuis ou vers des gares parisiennes.
Les gares connaissaient elles aussi samedi l'affluence des grands jours avec quelque quatre millions de voyageurs, dont 2,3 millions au départ de Paris. La SNCF a affrété 2.700 trains dont 1.930 TGV depuis ou vers des gares parisiennes. — Olivier Laban-Mattei AFP

Le trafic est rétabli sur les lignes SNCF du sud-est de la France, après une journée noire dimanche. La direction régionale de la SNCF a estimé que le «retour à la normale est effectif en fin de matinée», malgré quelques perturbations résiduelles.

La réparation de la caténaire arrachée près d’Aubagne dimanche peu avant midi a été achevée lundi à 4h00. Depuis 15h00 dimanche, la circulation ne se faisait que sur une voie, ce qui entraînait d'importants retards, jusqu'à dix heures pour certains trains. D’après le site «Infolignes» de la SNCF, quelques trains sont tout de même encore retardés.

«Les voyageurs vont galérer plus souvent»

Mais alors que les causes de l’avarie sont encore inconnues, la polémique débute déjà. Le secrétaire régional de la CGT Provence-Alpes-Côte d'azur pour la SNCF, Daniel Tourlan, a dénoncé les économies sur la maintenance et les astreintes des équipes réalisées par la SNCF. Il a même estimé que la caténaire aurait pu être réparée dimanche soir, au lieu de lundi matin, si les agents disposaient du matériel nécessaire.

Pour Daniel Tourlan, l’abandon progressif de l'entretien préventif des voies au profit du «curatif» aura un impact sur les voyageurs: «Ils vont galérer plus souvent», explique-t-il.

Les modalités du remboursement en question

Enfin, la Fédération des usagers des transports et des services publics (FUT-SP) a dénoncé lundi la décision de la SNCF de rembourser les voyageurs victimes de retards en bons de voyages et non «en espèces sonnantes et trébuchantes».

Pour Jean-Claude Delarue, porte-parole de la fédération, la décision de la SNCF porte «atteinte à son image de marque qui a déjà beaucoup souffert», avec la multiplication des pannes.

Près de 5.000 passagers avaient subi des retards allant de 30 minutes à trois heures sur l'axe Paris-Bordeaux le 24 juillet. Le 6 juin, un train Eurostar avait mis plus de sept heures à relier Londres et Paris, en raison d'une panne de batterie dans la rame.

>> Vous avez été pris dans ces retards? Envoyez nous votre témoignage par SMS au 33320 ou par mail à 3320 @ 20minutes.fr