«Toutes les pistes sont ouvertes» au Pays basque français après les tentatives d'attentats

TERRORISME Les actes n'ont pas été revendiqués...

Sy M. avec agence

— 

 Ondres fait partie des villes concernées par les 5 alertes à la bombe dans le pays basque et dans les Landes. Un des trois engisn explosifs a été retrouvé sur une voie du TGV entre Boucau et Ondres (Landes).
Ondres fait partie des villes concernées par les 5 alertes à la bombe dans le pays basque et dans les Landes. Un des trois engisn explosifs a été retrouvé sur une voie du TGV entre Boucau et Ondres (Landes). — D. VELEZ / AFP
L’enquête est en cours pour déterminer qui est à l’origine des tentatives d’attentats qui ont touché le Pays basque et les Landes tôt ce vendredi matin. Trois bombes au total ont été retrouvées dans la région. Elles ont pu être désamorcées suite à un appel anonyme passé à 4h30 d’une cabine téléphonique.

Aucune revendication n'avait été faite vendredi en fin d’après-midi. La section antiterroriste du parquet de Paris a été saisie. L’enquête de flagrance est confiée aux services antiterroristes et à la police judiciaire de Bordeaux, ainsi qu’aux sections de recherche de la gendarmerie de Pau, des Pyrénées Atlantique et des Landes.

Contacté par 20minutes.fr, le parquet de Paris a indiqué que «toutes les pistes sont actuellement ouvertes». Les engins retrouvés étaient des «dispositifs artisanaux, de faible puissance et défaillants»: celui retrouvé sur la ligne TGV était constitué d’une bombonne de gaz, celui du village Pierre et Vacances à Arcangues d'un «bidon plastique rempli d'essence».

Des actes anti-tourisme?

Si aucune piste n’est actuellement privilégiée, un spécialiste du conflit au Pays basque a toutefois confié à 20minutes.fr que «ces opérations ne ressemblent pas à ETA». Les sites visés sont en effet des cibles traditionnelles de mouvements autonomistes basques qui dénoncent régulièrement le développement massif du tourisme dans la région.

Jean Espilondo, maire (PS) d'Anglet, l'une des communes visées par les alertes à la bombe de vendredi au Pays basque, a attribué ces actions à «une infime minorité d'irresponsables. La liste des sites visés montre bien de quel type d'action il s'agit», a-t-il ajouté.