Ondres fait partie des villes concernées par les 5 alertes à la bombe dans le pays basque et dans les Landes. Un des trois engisn explosifs a été retrouvé sur une voie du TGV entre Boucau et Ondres (Landes).
Ondres fait partie des villes concernées par les 5 alertes à la bombe dans le pays basque et dans les Landes. Un des trois engisn explosifs a été retrouvé sur une voie du TGV entre Boucau et Ondres (Landes). — D. VELEZ / AFP

TERRORISME

Alerte à la bombe au Pays basque français: «des dispositifs artisanaux, de faible puissance et défaillants»

Ils ont été trouvés dans un village de vacances, près d'un office du tourisme et sur une voie de TGV...

Le Pays basque français et les Landes ont été la cible de cinq alertes à la bombe dans la nuit de jeudi à vendredi.

Trois engins explosifs ont été trouvés: le premier dans le village Pierre et Vacances d'Arcangues (Pyrénées-Atlantiques), le second sur une voie du TVG entre Boucau et Ondres (Landes). Le troisième engin, retrouvé devant l'office du tourisme d'Arcangues (Pyrénées-Atlantiques) n'avait pas été signalé par l'appel anonyme.

Des bombes artisanales

Vers 9h30, le déminage était terminé à Pierre et Vacances et le long de la ligne SNCF. Vers 9h45, le déminage était terminé à l'office du tourisme d'Arcangues, où une bombe a été retrouvée sur le bord de la fenêtre. Elle était apparemment défectueuse.

Les bombes retrouvées ont été qualifiées de «dispositifs artisanaux, de faible puissance et défaillants», par la préfecture de Pau.

«L'ensemble des sites sécurisés»

Les deux autres alertes téléphoniques concernaient le casino de Biarritz, le village de vacances VVF d'Anglet et l'auberge Ostapé de Bidarray. A l'auberge Ostapé de Bidarray, les sacs poubelle «suspects» qui avaient été signalés ne dissimulaient aucun engin explosif, ont précisé les pompiers.

En milieu de matinée, «l'ensemble des sites était sécurisé», selon la préfecture de Pau.

Le ministère de l'Intérieur a fait savoir qu'il «condamne avec la plus grande fermeté l'attitude irresponsable et scandaleuse des personnes qui ont déposé des engins explosifs» la nuit dernière. Il souhaite des «sanctions exemplaires» une fois que les auteurs présumés sont interpellés. La ministre, Michèle Alliot-Marie, également députée des Pyrénées-Atlantiques, est actuellement en vacances sur «le territoire national».

Plus de mille vacanciers évacués

L'alerte a été donnée vers 4h du matin sur la base d'un appel anonyme, qui indiquait que cinq bombes avaient été déposées sur cinq sites. Un dispositif a été immédiatement mis en place pour faire évacuer les personnes dans les lieux concernés.

 

Plus de mille vacanciers ont été évacués en pleine nuit des deux centres de vacances visés, a indiqué le Codis, qui n'a pu donner aucune précision sur la nature des deux «engins explosifs» découverts. Une cellule de crise a été mise en place à la préfecture de Pau.

L'enquête a été confiée à la police judiciaire de Bayonne, la gendarmerie de Pau et la sous-direction antiterroriste de la DPJ (direction de police judiciaire). Ces différents services ne souhaitaient pas communiquer sur l'enquête en fin de matinée.

La gare de Bordeaux fermée deux heures

La gare SNCF de Bordeaux a par ailleurs été fermée pendant deux heures vendredi matin, entre 05h30 et 07h30, pour permettre l'inspection du TGV «ID Night», train de nuit entre Paris et Hendaye, à la suite d'une alerte à la bombe, a-t-on appris auprès de la SNCF.

L'ID TGV a ensuite pu repartir, mais vers 10h, il était bloqué à Dax.

Après avoir été interrompu plusieurs heures, le trafic ferroviaire entre Dax et Bayonne a été rétabli en fin de matinée. De nombreux trains ont subi des retards importants, mais en milieu d'après midi, le trafic était revenu à la normale.