Bonifacio: les deux adolescents écroués après la mort d'un bébé

DRAME Ils sont mis en examen pour «violence volontaire ayant entraîné la mort sans intention de la donner»...

Avec agence

— 

Au moins deux villas ont été entièrement détruites jeudi soir par des explosions qui ont provoqué des incendies qui se sont propagés au maquis environnant, à Cala Longa, près de Bonifacio (extrême sud de la Corse), ont indiqué les services intérieurs de l'île.
Au moins deux villas ont été entièrement détruites jeudi soir par des explosions qui ont provoqué des incendies qui se sont propagés au maquis environnant, à Cala Longa, près de Bonifacio (extrême sud de la Corse), ont indiqué les services intérieurs de l'île. — Oivier Laban-Mattei AFP/Archives

Deux jeunes cousins qui jouaient mardi soir à lancer des pierres du haut des remparts de Bonifacio, ont été mis en examen et placés en détention provisoire dans la nuit de mercredi à jeudi pour avoir provoqué la mort d'un bébé, atteint par un projectile.

13 et 14 ans

L'un d'eux, âgé de 13 ans et originaire de cette ville à l'extrême-sud de la Corse, a reconnu avoir jeté le caillou qui a atteint le bébé âgé de huit mois. Selon le procureur de la République d'Ajaccio José Thorel, l'adolescent a expliqué qu'il voulait lancer la pierre en direction de la mer mais qu'elle a rebondi sur la paroi avant de heurter la tête du bébé, dans les bras de sa mère.

Il a été mis en examen pour «violence volontaire ayant entraîné la mort sans intention de la donner sur un mineur de moins de 15 ans».

Le second adolescent, âgé de 14 ans et originaire également de Bonifacio, d'abord poursuivi pour «non empêchement de la commission d'un crime», a finalement été mis en examen pour complicité du même chef que son cousin.

Ils encourent 20 ans de prison

Les deux jeunes gens, qui encourent 20 ans de prison, ont été conduits à la maison d'arrêt de Borgo (Haute-Corse) pour y être placés en détention provisoire dans le quartier des mineurs.


Pour éviter les débordements, nous préferons fermer cet article aux commentaires.