Goodyear-Dunlop confirme la suppression de 402 emplois dans son usine d'Amiens-Nord

REORGANISATION L'entreprise veut réduire sa production de 38%...

Avec agence

— 

Quelques dizaines de salariés du groupe Dunlop-Goodyear bloquaient toujours l'accès au site de Goodyear samedi après-midi à Amiens, malgré l'annulation vendredi d'un référendum sur la réorganisation du travail, a-t-on appris de la direction et des syndicats.
Quelques dizaines de salariés du groupe Dunlop-Goodyear bloquaient toujours l'accès au site de Goodyear samedi après-midi à Amiens, malgré l'annulation vendredi d'un référendum sur la réorganisation du travail, a-t-on appris de la direction et des syndicats. — Alain Julien AFP

La direction de Goodyear-Dunlop a confirmé, mardi dans un communiqué, la suppression de 402 emplois en septembre dans son usine d'Amiens Nord (ex-Goodyear) après que la CGT a fait valoir son droit d'opposition à l'accord sur un plan de réorganisation du travail.


«Caduc»

 

«Les représentants CGT d’Amiens Nord, en dénonçant cet accord, ne laissent pas d’autre choix à l’entreprise que de réduire sa production de 38% sur le site d’Amiens Nord, condamnant ainsi 402 personnes au chômage dès le mois de septembre», a déclaré le PDG de Goodyear-Dunlop, Olivier Rousseau.

La CGT, majoritaire, avait envoyé vendredi à la direction de l'entreprise un courrier faisant valoir son droit d'opposition à un accord sur la réorganisation du travail, signé par la CFE-CGC et la CFTC.

Réorganisation

Cet accord sur la réorganisation du travail en quatre équipes de travail au lieu de cinq, proposé par la direction et approuvé par une majorité de salariés -mais pas par les ouvriers directement concernés-, lors d'un vote organisé en juin, avait été signé par deux syndicats minoritaires, la CFE-CGC et la CFTC.

L'opposition du syndicat majoritaire, la CGT, a rendu l'accord «caduc», selon la direction.