Roselyne Bachelot annonce l'interdiction de la vente d'alcool aux mineurs en 2009

SANTE Les «open-bars» seront également interdits...

V.G. (avec agence)

— 

DR

La ministre de la Santé, Roselyne Bachelot, a déclaré au «Journal du Dimanche» qu'elle préparait pour 2009 «l'interdiction totale de la vente d'alcool aux mineurs», ainsi que les «open-bars» qui permettent de boire autant qu'on veut pour un prix forfaitaire.

Par ailleurs, «la consommation d'alcool sera interdite sur la voie publique aux abords des établissements scolaires», et «la vente d'alcool sera interdite dans les stations services» à tout moment, et non plus seulement entre 22 heures et 6 heures du matin, a déclaré la ministre au quotidien dominical.

«On a tendance à infantiliser les jeunes»


Thiébaut Weber, président de la Fédération des associations générales étudiantes (Fage), a réagi dimanche sur France Info. Selon lui, «la répression présente un risque, celui à terme de transférer la consommation d'alcool des soirées étudiantes et des lieux de sociabilité vers la sphère privée, sur laquelle les associations étudiantes n'ont plus aucun impact».

«C'est une conception un peu galvaudée de la jeunesse», ajoute-t-il. «On mélange les mineurs, pour lesquels l'interdiction de la consommation est une bonne chose, et les étudiants (...) On a tendance à infantiliser les jeunes, alors qu'on aurait davantage intérêt à responsabiliser qu'à pénaliser».

Lutter contre le «binge drinking»

Mme Bachelot annonce parallèlement une campagne de communication estivale, qui sera dévoilée jeudi, pour lutter contre le «binge drinking», une pratique qui consiste à ingurgiter un maximum d'alcool en un minimum de temps. Des spots diffusés à la télévision et au cinéma mettront en scène des adolescents «dans un univers paradisiaque qui va tourner au cauchemar après qu'ils ont trop bu».

Le but est de prévenir les accidents de voiture, la violence, les rapports sexuels non protégés ou contraints, ainsi que "les comas éthyliques qui peuvent engendrer le décès". Enfin les «open-bars», qui seront interdits, sont un «classique des soirées étudiantes qui favorisait le binge-drinking», selon la ministre.

Roselyne Bachelot a précisé qu'elle ne voulait pas «adopter un ton moralisateur, ni stigmatiser qui que ce soit». «Cette campagne va aborder la question sur un ton décalé, qui est apprécié et bien compris des jeunes», a-t-elle affirmé.

DEBAT - Interdiction de la vente d'alcool aux mineurs, arrêt des open-bars: Roselyne Bachelot fait-elle œuvre de salubrité publique ou a-t-elle l'alcool mauvais?