Roselyne Bachelot se fait huer à Solidays

SANTE La ministre a été interpellée sur les franchises médicales...

Catherine Fournier

— 

Roselyne Bachelot au festival Solidays le 6 juillet 2008
Roselyne Bachelot au festival Solidays le 6 juillet 2008 — DR

Roselyne Bachelot rattrapée par la polémique sur les franchises médicales. La ministre de la Santé a été vivement prise à parti dimanche dernier aux Solidays, le festival organisé à l'hippodrome de Longchamp en solidarité avec les malades du sida.

Sur une vidéo mise en ligne sur DailyMotion, on voit Bruno-Pascal Chevalier, lui-même atteint du sida et président des associations Patchwork des noms et de Ensemble pour une santé solidaire, aborder la ministre. Si ses premiers propos sont plutôt courtois («Que pensez-vous de la lutte contre le sida? Des franchises médicales? Nous sommes contents de vous accueillir ici»), la suite est plus embarrassante pour Roselyne Bachelot: «C'est un programme de solidarité ici, honte à vous!», crie le militant, suivi par plusieurs personnes qui se mettent à scander: «Sommes-nous coupables d'êtres malades?»

«Allez-vous en, c'est un scandale, sortez d'ici!»

La ministre, visiblement gênée, se réfugie près d'un stand. Bruno Pascal Chevalier la poursuit, criant: «Allez-vous en, c'est un scandale, sortez d'ici!». Contacté par 20minutes.fr, ce dernier indique qu'il avait prévu d'interpeller la ministre, mais pas nécessairement de cette façon. «Elle a évité les stands associatifs de lutte contre le sida, comme Patchwork des noms et Act up. C'est pour cela que je suis allé au devant d'elle», explique cet homme de 45 ans, qui avait entamé une grève des soins en janvier dernier pour protester contre les franchises médicales. Sollicité, le ministère de la Santé a évoqué «un incident isolé» et n'a pas souhaité faire de commenaire.

Roselyne Bachelot doit s'exprimer fin juillet au sujet des propositions du directeur de l'Assurance maladie pour réduire le déficit de la branche maladie de la Sécurité sociale. Si la ministre a répété ce mardi qu'il qu'il n'y aurait pas de déremboursement à 100% de certaines affections longue durée, Bruno Pascal Chevalier n'en croit rien: «C'est reculer pour mieux sauter», affirme-t-il.



Bachelot viré des solidays
envoyé par jmichelgognet