Fusillade de Carcassonne: 6 blessés dont un enfant de 3 ans toujours hospitalisés

AUDE Dix-sept personnes avaient été blessées par balles le 29 juin lors d'une démonstration militaire...

Avec agence

— 

Trois des cinq enfants blessés dimanche lors de la fusillade de Carcassonne (Aude), où 17 personnes avaient été atteintes par balles lors d'une démonstration militaire, étaient toujours hospitalisés jeudi à Toulouse, selon un communiqué du CHU.
Trois des cinq enfants blessés dimanche lors de la fusillade de Carcassonne (Aude), où 17 personnes avaient été atteintes par balles lors d'une démonstration militaire, étaient toujours hospitalisés jeudi à Toulouse, selon un communiqué du CHU. — Eric Cabanis AFP/Archives

Six personnes, dont un enfant de trois ans, étaient toujours hospitalisées lundi, après la fusillade de Carcassonne (Aude) ayant fait 17 blessés par balles le 29 juin lors d'une démonstration militaire, a annoncé la préfecture de l'Aude.

Gabriel, trois ans, a subi une nouvelle intervention chirurgicale dimanche à Toulouse pour retirer un éclat de balle dans la boîte crânienne et l'évolution de son état de santé était jugé «favorable» lundi, a ajouté la préfecture dans un communiqué. Touché au cœur et à un bras, il avait déjà été opéré vendredi «pour retirer un éclat mal situé», selon le CHU de Toulouse. «Des éclats se sont logés dans le poumon», a indiqué sa grand-mère dans l'édition de lundi de l'Indépendant, l'hôpital, précisant que, pour l'heure, il était «trop risqué» de les enlever. «Il souffre énormément», a-t-elle ajouté, Gabriel «sursaute et panique au moindre bruit».

Trois autres victimes encore hospitalisées

Son père, âgé de 40 ans, était toujours en réanimation à Carcassonne pour une «observation rapprochée», avec un traitement antidouleur «lourd», selon la préfecture. L'état de sa mère, âgée de 29 ans et soignée au même endroit que son fils, était qualifié lundi de «très satisfaisant».

Les trois autres victimes encore hospitalisées, parmi lesquelles un enfant de 9 ans, sont dans un état «stationnaire» ou «satisfaisant». La sortie est même envisagée pour un homme de 36 ans soigné à Carcassonne, a ajouté la préfecture. Loïc, 10 ans, a, lui, pu quitter le CHU de Toulouse lundi.