La réforme des institutions se jouera à quelques voix

POLITIQUE Patrick Devedjian a affirmé lundi que le vote se jouerait à «quatre ou cinq voix près»...

S.M avec agence

— 

La direction de l'UMP a reçu samedi les secrétaires départementaux de la centaine de fédérations que compte le parti pour leur donner une feuille de route: soutien des réformes, animation du débat, présence accrue sur le terrain, avec objectifs chiffrés d'adhésions.
La direction de l'UMP a reçu samedi les secrétaires départementaux de la centaine de fédérations que compte le parti pour leur donner une feuille de route: soutien des réformes, animation du débat, présence accrue sur le terrain, avec objectifs chiffrés d'adhésions. — PIERRE VERDY AFP/Archives

Véritable inquiétude ou effort de mobilisation? Deux semaines avant le vote sur le projet de réforme des institutions, Patrick Devedjian, le secrétaire national de l’UMP, met en garde.

Lundi matin, il a affirmé sur i-Télé que l’adoption du projet lors du Congrès du Parlement, le 21 juillet prochain, se jouait à «quatre ou cinq voix près».

Risque de défections dans le groupe UMP

«C'est un peu juste», a déclaré Patrick Devedjian alors qu'on lui demandait si la majorité des 3/5ème nécessaire à l'adoption du texte serait atteinte.

«Si vous faites le calcul, nous sommes à quatre ou cinq voix près, en plus ou en moins» de cette majorité des 3/5èmes, a-t-il précisé.

«Il n'y a aura pas vingt défections» au sein des parlementaires de la majorité UMP, «on en aura beaucoup moins que ça et nous nous employons à les réduire», a-t-il assuré.

Le texte, remanié après son passage au Sénat, suscite toujours des désaccords entre gauche et droite, notamment sur son caractère «présidentiel», mais aussi au sein même de la majorité.