Elle veut mettre en pièce son calvaire

Bastien Bonnefous - ©2008 20 minutes

— 

De la jungle au théâtre. Ingrid Betancourt a annoncé hier, dans une interview au JDD, son intention d'écrire une pièce sur son expérience d'otage. « Il faudra une mise en scène pour que les gens comprennent ces choses qui tiennent plutôt à la condition humaine, à ce que nous sommes au fond de nous. Nous pouvons être des anges mais nous pouvons aussi être des démons pour l'autre », a déclaré la Franco-Colombienne libérée mercredi après plus de six ans de captivité dans la jungle.

Ingrid Betancourt, qui est en bonne santé selon les médecins (lire ci-dessous), a continué sa lutte contre la politique de kidnapping des Farc, en s'adressant hier aux otages de la guérilla au micro d'une radio colombienne. « Je sais que la liberté est pour bientôt », a-t-elle promis aux 24 détenus politiques et aux plus de 700 captifs enlevés en échange de rançons.

Après avoir enchaîné les rendez-vous officiels depuis sa libération, Ingrid Betancourt compte « rentrer en Colombie dans quelques jours ». « En attendant, je veux voir la France, et consacrer du temps à ma famille », a-t-elle expliqué. Dans Le JDD, elle a confié avoir passé vendredi soir « pour la première fois une nuit parfaite, sans rêve ni cauchemar ».

Hier, elle a déjeuné chez son « ami » et ancien prof de Sciences-Po, Dominique de Villepin. Jusqu'à présent, l'ex-Premier ministre n'avait pas participé aux cérémonies en l'honneur d'Ingrid Betancourt. L'ancienne candidate à la présidence colombienne a été invitée par l'Elysée au défilé du 14 Juillet. A cette occasion, Nicolas Sarkozy compte lui remettre la Légion d'honneur.