20 Minutes : Actualités et infos en direct
Le marché de l'immobilier sur le point de se retourner?

Le marché de l'immobilier sur le point de se retourner?

ETUDE – Plusieurs indicateurs font état d’un coup de frein sur les prix. Les ventes stagnent partout et reculent même en Ile-de-France…
En moyenne en 2007, les biens immobiliers acquis ont une surface de 80,89 m2 (soit -2,7 m2 qu'en 2006), pour un coût de 195.156 euros, le délai de vente a été de 79 jours (8 jours de plus qu'un an auparavant) et la durée moyenne du crédit est passée de 19,54 ans à 20,21 ans, selon Century 21.
En moyenne en 2007, les biens immobiliers acquis ont une surface de 80,89 m2 (soit -2,7 m2 qu'en 2006), pour un coût de 195.156 euros, le délai de vente a été de 79 jours (8 jours de plus qu'un an auparavant) et la durée moyenne du crédit est passée de 19,54 ans à 20,21 ans, selon Century 21. - Mychèle Daniau AFP/Archives
Sandrine Cochard

Sandrine Cochard

Alors que plusieurs voix s’élèvent pour alerter sur un possible retournement du marché immobilier, Christine Boutin se veut rassurante. «Pour moi, il n'y a pas de crise immobilière», a affirmé la ministre du Logement, mercredi matin, dans un entretien au quotidien économique «La Tribune».


S'adressant «à ceux qui sont inquiets», Christine Boutin a rappelé que «le tassement du marché» n'est «pas comparable à ce qu'on a pu connaître dans les années 1990-1992, où la demande était inférieure à l'offre». N’empêche. «C'est la première fois que cela freine comme cela depuis 10 ans», constate Me Jean-Marie Montazeaud, président de la commission conjoncture de la chambre des Notaires de Paris. Intervenant lors d’une conférence de presse, mardi, sur le dynamisme de l’immobilier au premier semestre 2008, Me Montazeaud a révélé que les prix au mètre carré stagnaient partout en France.


L’ancien également touché


Un coup de froid qui se ressent dans le neuf et l’ancien. Ainsi, les prix de l’ancien ont baissé de 0,8% sur toute la France, au premier trimestre 2008, après avoir progressé de 0,4% lors du trimestre précédent, selon l'Indice national Notaires/Insee. Un changement de tendance déjà amorcé dans le neuf, où les mises en chantier ont chuté de 21,6% en mars, avril et mai 2008 par rapport à la même période en 2007, selon «Le Monde» daté du 2 juillet. Le quotidien ajoute que «les permis de construire ont reculé de 20% sur ces mêmes mois et de 11% en un an». Quant aux ventes des programmes neufs, les promoteurs enregistrent une baisse de 27,9% au premier trimestre, comparé à celui de 2007, affirme le site du ministère de l’Equipement. «Les acheteurs ont le pied sur le frein et ont tiré le frein à main», traduit Me Montazeaud. Pas de quoi inquiéter Christine Boutin. «Dans la mesure où la demande demeure très forte et l'offre stagne, personnellement je ne crois pas à une forte diminution des prix», a-t-elle souligné. La ministre prône même une logique à contre-courant. Selon elle, «il est nécessaire de construire, construire et construire encore».


Décrochage


Mais l’alerte concerne la baisse spectaculaire sur le volume des ventes. Pour l'ancien et le neuf, il est passé de 44.228 transactions à 40.315, soit une baisse de 8,8%, entre les premiers trimestres 2007 et 2008. Mais le «vrai décrochage», selon Me Montazeau, s'est produit en mai, avec une chute, par rapport au même mois l'an dernier, du nombre des ventes de 17% et même de 21% à Paris et la petite couronne, selon des chiffres provisoires. «Il faut que les vendeurs arrêtent de demander 10% de plus chaque année», a-t-il souhaité.


Trois explications


Le constat est le même dans le reste de la France. Le prix moyen d'acquisition est de 2.554 euros/m2, soit une faible progression de +0,72% par rapport aux six derniers mois de 2007, selon Century 21. Selon ce réseau, trois critères expliquent cette «période d'ajustement»: les banques prêtent moins facilement, les taux de crédit ont augmenté (+1% en un an, 5% environ actuellement) et le prix des carburants fait hésiter les acheteurs à s'éloigner des villes.


Mais le pire est à venir, selon les dirigeants du réseau d'agences Laforêt Immobilier qui avertissent: les prix des transactions sur les logements anciens en France «vont baisser d'environ 15% sur 2 ans».

Sujets liés