Assurance-maladie: «Aucune remise en cause du remboursement des affections longue durée»

V.G.

— 

Garde d'enfant pour tous, congé parental partagé entre père et mère, adaptation de l'entreprise aux contraintes familiales, sont des conditions de l'égalité professionnelle, estime un collectif de femmes cadres, qui juge que le gouvernement ne s'attaque pas aux vrais problèmes.
Garde d'enfant pour tous, congé parental partagé entre père et mère, adaptation de l'entreprise aux contraintes familiales, sont des conditions de l'égalité professionnelle, estime un collectif de femmes cadres, qui juge que le gouvernement ne s'attaque pas aux vrais problèmes. — Thomas Wieck AFP/DDP/Archives

«Il n'y aucune remise en cause du remboursement à 100% des affections longue durée» (ALD), a assuré ce mardi matin sur France Culture Eric Woerth. Le ministre du Budget et des Comptes publics réagissait à une proposition du directeur de l'Assurance maladie Frédéric van Roekeghem.

Ce dernier présentera jeudi au gouvernement un nouveau plan de redressement de 3,2 milliards d'euros à partir de 2009, qui permettrait de revenir à un équilibre des comptes en 2011, selon le quotidien «Les Echos».

Ces économies passeraient notamment par une réduction du taux de prise en charge de certains médicaments des patients souffrant d'affections longue durée (ALD), qui ne seraient remboursés qu'à 35% au lieu de 100% actuellement. Huit millions de personnes sont atteintes en France d'une ALD.

Augmentation de la productivité des hôpitaux

Il faut «réserver le bénéfice» du dispositif ALD «aux pathologies qui sont véritablement longues et coûteuses». Sont explicitement visés les patients souffrant par exemple d'hypertension artérielle ou de certains diabètes. Ces déremboursements sont, comme souvent, présentés comme des «transferts» vers les mutuelles et les assurances.

La feuille de route que présentera jeudi le directeur de l'Assurance maladie propose aussi des mesures classiques, comme la baisse de prix des médicaments et une meilleure maîtrise des prescriptions. Autre objectif: augmenter la productivité des hôpitaux avec une batterie de mesures et notamment un plan de redressement pour les 100 établissements les plus mal en point ou une offre de services aux médecins traitants.

Réduire le déficit à 2,8 milliards d'euros en 2009

«Plus les mesures seront mises en oeuvre vite, plus le retour à l'équilibre sera conforté», déclare Frédéric van Roekeghem aux «Echos». Selon le quotidien, le plan permettrait de réduire le déficit de la branche maladie à 2,8 milliards d'euros en 2009, puis à 1,4 milliards en 2010 avant un retour à l'équilibre en 2011.

Les décisions relèvent toutefois du gouvernement et du parlement, notamment à travers les lois de financement de la sécurité sociale. La Commission des comptes de la Sécurité sociale (CCSS) a annoncé mercredi dernier un déficit prévisionnel de 8,9 milliards d'euros pour 2008 pour l'ensemble de la «Sécu» (maladie et retraites notamment), avec un déficit de l'Assurance maladie en léger recul à 4,1 milliards d'euros.