Les entreprises incriminées contestent les résultats

Recueilli par Delphine Bancaud et Laure de Charette - ©2008 20 minutes

— 

Branle-bas de combat hier chez Accor, Mercuri Urval et au Crédit agricole. Bien qu'informées des résultats des testings de la Halde depuis plusieurs mois, les trois entreprises mises en cause ne semblaient pas avoir anticipé l'impact médiatique de leur publication et ses retombées sur leur image. C'est en fin de soirée qu'elles ont fait part à 20 Minutes de leur réaction. Toutes contestent farouchement la méthode utilisée par la Halde pour réaliser ces testings. Mercuri Urval souligne « la mauvaise qualité des candidatures fictives utilisées par le prestataire retenu par la Halde pour conduire ces opérations », qui a selon lui « faussé d'emblée les règles du jeu ». Accusé d'avoir favorisé les candidatures de jeunes postulants aux dépens des plus âgés, le Crédit agricole met en cause l'échantillon de postes (71) « trop faible pour pouvoir refléter la réalité des 7 500 recrutements effectués chaque année ».

Par ailleurs, le groupe bancaire indique que ce « test concerne à 90 % des postes de chargés d'accueil et de clientèle qui sont essentiellement des postes d'entrée de carrière », donc occupés par des jeunes. Quant à Accor, accusé de rejeter davantage les candidats d'origine africaine, Cathy Kopp, DRH du groupe, évoque « un travail pathétique et inutile ». Elle précise que 18 % de ses 25 000 salariés en France sont étrangers, de 130 nationalités différentes. Du coup, elle « réfléchit » même à « un recours en justice ». Et s'inquiète de l'image ternie de l'entreprise : « Que vont penser nos clients et nos collaborateurs ? »