La Halde passe à l'offensive

Delphine Bancaud - ©2008 20 minutes

— 

Après la politique du gant de velours, celle du coup de poing. Pour la première fois, la Halde (Haute Autorité de lutte contre les discriminations et pour l'égalité) a impliqué nommément des entreprises jugées coupables de pratiques discriminatoires à l'embauche à l'issue de testings. Accor Jobs (site de recrutement du groupe Accor et de ses franchises), le Crédit agricole et Mercuri Urval (cabinet de recrutement) figurent ainsi au banc des accusés. Pour le premier, la Halde a noté un écart de traitement des candidatures « au détriment des personnes d'origine africaine » et pour le Crédit agricole et Mercuri Urval, au détriment des candidats plus âgés.

Réalisés entre juillet et décembre 2007, ces tests ont porté sur vingt entreprises tirées au sort : quinze du CAC 40 et cinq cabinets de recrutements et agences d'intérim. Après avoir sélectionné des offres d'emploi de tous niveaux, la Halde y a répondu en élaborant différentes candidatures, dont une ou plusieurs étaient susceptibles d'être discriminées en raison de l'origine ou de l'âge (supérieur à 45 ans) du postulant. Les premiers résultats ont démontré que sur l'ensemble des entreprises testées, les candidats susceptibles d'être discriminés en raison de leur origine avaient 22 % de chances en moins d'être convoqués à un entretien que les autres. Pire : les testings ont indiqué que les seniors avaient 42 % de chances en moins de décrocher un entretien que les autres candidats. Si plusieurs autres entreprises testées ont montré des différences de traitements entre les candidatures, seuls les résultats concernant les trois entreprises citées plus haut ont été jugés suffisamment significatifs par la Halde, qui compte renouveler l'expérience.