Serge Mathey, l'homme qui subit sa vie

A Melun, Bastien Bonnefous - ©2008 20 minutes

— 

Avec sa face rouge et son air pataud, Serge Mathey a tout d'un Deschiens. Sauf que sa présence dans le box ne prête pas, elle, à sourire. L'homme, de 28 ans, a tenté, hier matin, de décrire sa vie devant les assises de Seine-et-Marne à Melun. Complice présumé de Patrick Gateau, son aîné de vingt-trois ans, dans l'assassinat de Nelly Crémel le 2 juin 2005 à Reuil-en-Brie, il est apparu tel qu'il est : un brave, mais pauvre type.

Voûté et la chemise bien tirée dans le pantalon, l'ancien manoeuvre en maçonnerie peine à raconter une enfance « normale », l'école « parce que j'étais obligé », et une vie sociale proche du néant. Pas de copains de son âge, encore moins de petite amie. Toujours vierge, Serge Mathey avoue, gêné, n'avoir même « jamais donné un baiser » de sa vie. Ses proches le décrivent comme « timide et influençable ». « Il était toujours prêt à rendre service, quand on lui demandait quelque chose, il le faisait, mais il ne donnait pas son avis », explique sa mère à la barre. « C'était un travailleur correct, il obéissait aux ordres », ajoute un de ses employeurs. De quoi accréditer, pour la défense, la thèse du faible Mathey, entraîné contre sa volonté par le délinquant multirécidiviste Gateau, auquel il se confrontera pourtant dans l'après-midi. Une emprise d'autant plus forte qu'au moment des faits, en juin 2005, Mathey aurait croulé sous les dettes, plus de 20 000 euros de crédits revolving. Voiture neuve, meubles, vêtements : « Quand je voulais quelque chose, il fallait que ce soit tout de suite », s'excuse-t-il presque, sanglotant comme un enfant grondé. Sous traitement pour dépression, Serge Mathey semble subir son procès comme il subit sa vie. Interrogé sur ses loisirs anciens, il souffle « la pêche et les romans policiers ». « J'aime bien Harlan Coben, Ne le dis à personne, tout ça. » Un souhait de discrétion qu'il rêve sans doute de voir appliquer à lui-même.

Sur 20minutes.fr

Les faits racontés par les accusés