Guet-apens contre la police à Epinay: 2 jeunes sur 5 acquittés

JUSTICE Le parquet fait appel...

Avec agence

— 

La cour d'assises des mineurs de Seine-Saint-Denis a acquitté vendredi deux des jeunes accusés du guet-apens tendu à la police en 2006 à Epinay et condamné les trois autres à trois ans de prison en requalifiant les faits de "tentative d'assassinat" en "violences".
La cour d'assises des mineurs de Seine-Saint-Denis a acquitté vendredi deux des jeunes accusés du guet-apens tendu à la police en 2006 à Epinay et condamné les trois autres à trois ans de prison en requalifiant les faits de "tentative d'assassinat" en "violences". — Dominique Faget AFP/Archives

La cour d'assises des mineurs de Seine-Saint-Denis a acquitté ce vendredi deux des jeunes accusés du guet-apens tendu à la police en 2006 à Epinay et condamné les trois autres à trois ans de prison en requalifiant les faits de «tentative d'assassinat» en «violences».

Le parquet général a aussitôt annoncé que le ministère public faisait appel de ces deux acquittements et des trois condamnations. 

Un policier blessé à la mâchoire

Après huit jours de procès à huis clos et près de 11 heures de délibéré, ce verdict a figé les rangs de la trentaine de policiers venus soutenir leurs collègues victimes, tandis que les proches des accusés applaudissaient.

L'avocate générale Agnès Thibault avait requis jeudi huit à dix ans de prison, indistinctement, contre ces cinq jeunes de la cité d'Orgemont jugés depuis le 21 mai pour «tentative d'assassinat» et «association de malfaiteurs». Tous étaient accusés d'avoir pris part au caillassage préparé du 13 octobre 2006 au cours duquel un policier avait été blessé à la mâchoire (30 points de suture, ITT de 44 jours) par un jet de pierre, en «représailles» à l'interpellation mouvementée, une semaine auparavant, de l'un des accusés.

Circonstances aggravantes

La cour a condamné Mathias Letord, 19 ans, et Silamaka Traore, 21 ans, pour «violences» avec trois circonstances aggravantes (faits commis en réunion, avec arme et sur dépositaire de l'autorité publique). Elle inflige la même peine de trois ans à Yannick Owandjolela, 23 ans, pour «complicité» des mêmes faits.

Les deux autres jeunes, Attokpra Chirry Yapi, 24 ans, et le seul mineur à l'époque, âgé de 19 ans aujourd'hui, ont été acquittés. A l'exception du mineur, tous étaient en détention provisoire depuis plus d'un an et demi.