Front antiradars: l'ADN du postier trouvé sur les courriers de revendication

ENQUETE L'homme est toujours hospitalisé dans un état critique...

Avec agence

— 

Des sources proches de l'enquête ont fait état de la découverte au domicile de la victime d'une "douzaine d'explosifs" dont des "balles de ping-pong qui permettent d'accélérer le souffle" des explosions.
Des sources proches de l'enquête ont fait état de la découverte au domicile de la victime d'une "douzaine d'explosifs" dont des "balles de ping-pong qui permettent d'accélérer le souffle" des explosions. — Jean Ayissi AFP

Des traces de l'ADN du postier grièvement blessé mardi par les explosifs qu'il manipulait à son domicile de Clichy-la-Garenne (Hauts-de-Seine) ont été trouvées sur des courriers de revendication du front antiradars routiers, ont indiqué ce vendredi des sources proches du dossier à l'AFP.

D'autres éléments génétiques ont aussi été découverts sur des éléments matériels de dispositifs de mise à feu qui n'avaient pas fonctionné, a-t-on ajouté, confirmant une information du site le Figaro.fr.

L'homme est toujours hospitalisé dans un état critique, a-t-on indiqué par ailleurs.

Aucune charge contre ses deux collègues

En outre, la garde à vue de deux de ses collègues au siège de la Sous-direction antiterroriste (SDAT) à Levallois-Perret (Hauts-de-Seine) devait être levée ce vendredi soir, sans qu'aucune charge ne soit retenue à leur encontre, selon une source judiciaire.

Les perquisitions effectuées dans leurs domiciles respectifs n'avaient pas permis de trouver quoi que ce soit pouvant être en rapport avec les attentats commis contre les radars.