Les pêcheurs du Guilvinec votent la poursuite de la grève

GAZOLE Ce port avait été à l'origine d'une première grève de six jours en novembre dernier...

Avec nos rédactions locales, et agence

— 

Les pêcheurs de la côte atlantique, excédés par la hausse continue du prix du gazole, bloquaient toujours dimanche l'accès à trois ports dans l'attente d'une réunion sur le comité de suivi d'un plan d'aide que doit présider mercredi le ministre de la Pêche, Michel Barnier.
Les pêcheurs de la côte atlantique, excédés par la hausse continue du prix du gazole, bloquaient toujours dimanche l'accès à trois ports dans l'attente d'une réunion sur le comité de suivi d'un plan d'aide que doit présider mercredi le ministre de la Pêche, Michel Barnier. — Xavier Leoty AFP/Archives
Cet article remis à jour en continu. Cliquez ici pour actualiser la page

Les pêcheurs du Guilvinec votent la poursuite de la grève
Ils ont voté à bulletin secret ce lundi soir. Cette décision a été prise par 301 voix contre 242 au cours d'une assemblée générale qui a rassemblé près de 600 pêcheurs du premier port français de pêche artisanale. Ce vote est intervenu alors que des représentants d'une dizaine de ports de la Manche et de la Méditerranée réunis à Boulogne-sur-Mer lundi ont pour leur part appelé à bloquer les ports pendant 48 heures à partir de mardi matin.

Le Guilvinec, troisième port de pêche français en tonnage (17.500 tonnes à la criée en 2007) avec une centaine de navires, avait été à l'origine d'une première grève de six jours en novembre dernier, qui avait abouti à l'annonce du plan d'aide gouvernemental d'aide au secteur.

Les CRS dégagent le barrage de pêcheurs sur la N12
La forces de l'ordre sont intervenues ce lundi soir peu après 20h15 pour dégager le barrage établi par des pêcheurs et des agriculteurs sur la N12 à Yffiniac, près de Saint-Brieuc. Les CRS ont utilisé des grenades lacrymogènes pour disperser les manifestants, qui ont répliqué en lançant des fusées de détresse et des tomates.

Environ 150 pêcheurs et agriculteurs avaient mené lundi midi une opération escargot sur une quatre voies bretonne, dont la RN12, près de Saint-Brieuc. Pêcheurs et producteurs de porc ont organisé des barrages filtrants et ils contrôlaient la marchandise des camions en quête d'importations à bas prix.  «Barnier si tu crois à ton plan, achète donc un chalutier», «A revoir: gazole et les marges», «Sarko tiens tes promesses gazole à 30 centimes», pouvait-on lire sur les tracts des manifestants. L'opération a entraîné des ralentissements sur une vingtaine de km autour de Saint-Brieuc.

Lundi matin, à Lorient et dans les environs, les pêcheurs ont vidé plusieurs entrepôts dans la nuit de dimanche à lundi. Une quarantaine d'entre eux, masqués ont renversé entre sept et huit tonnes de poissons d'une entreprise de plats préparés à Kervignac (Morbihan), selon les gendarmes. Des pêcheurs ont également organisé des barrages filtrants à Quimper.

Une action en fin de semaine à Bruxelles face
Face à la «crise» du secteur, des pêcheurs vont mener une action en fin de semaine à Bruxelles, a annoncé ce lundi à l'AFP le responsable des pêcheurs du Sud-Est de la France et de la Corse, Mourad Kahoul. Il a indiqué qu'il devait «contacter d'autres mandants des pays riverains de la Méditerranéenne».

Gironde: 30 pêcheurs en garde à vue à Arcachon
L'un d'entre eux avait été arrêté pour sa participation aux heurts survenus sur la criée le 23 mai. A l'annonce de sa mise en garde-à-vue, 29 autres pêcheurs ont déclarés qu'ils avaient eux aussi participé. Ils ont donc été mis en garde-à-vue eux aussi.
Les pêcheurs du bassin d'Arcachon (Gironde) ont décidé se matin en assemblée générale de reprendre le travail.

Les pêcheurs appellent au blocage des ports

Joint par 20minutes.fr, le président du comité local des pêches de Dieppe, Eric Maret, annonce que les pêcheurs vont appeller à un «blocus européen» des ports. Ils demandent également que le prix du gazole à 0,40€ «à la pompe».
Retrouvez ici l'interview d'Eric Maret

Marseille: pénurie de poisson au marché

Les mareyeurs du marché aux poissons de Saumaty à Marseille devaient baisser le rideau lundi soir faute de poisson à vendre en raison de la grève des pêcheurs, a déclaré le directeur général de la Somimar qui gère le Marché d'intérêt national (MIN) de Marseille.

«Aujourd'hui, il leur restait un peu de poisson dans les frigos mais s'il n'y a plus rien ils fermeront, comme à Nantes ou Rouen», a-t-il poursuivi, ajoutant: les mareyeurs «ne veulent pas s'exposer à recevoir des envois de l'étranger pour le voir renversé et jeté».

Espagne: les pêcheurs catalans s'y mettent aussi

Les marins-pêcheurs de Catalogne (nord-est: Barcelone, Rozas et Port de la Selva) ont entamé un mouvement de grève lundi, . Les pêcheurs des ports catalans de ont décidé de ne pas sortir en mer à compter de lundi pour «soutenir» le mouvement de protestation de leurs collègues en France et faire pression sur Madrid, a expliqué Josep Garcia, porte-parole de l'association des coopératives de pêche de Barcelone. Ce mouvement qui concerne pour l'instant environ 350 pêcheurs dans ces trois ports, pourrait s'étendre dès mardi aux autres ports de Catalogne, puis avoir un «effet domino» sur le reste de l'Espagne, estime M. Garcia.

Sud-est: «tout est bloqué»
Dans l'Aude, les marins-pêcheurs, en grève illimitée depuis une semaine, continuaient de bloquer lundi les accès aux dépôts de carburants de Port-la-Nouvelle, près de Narbonne, sans perturber l'activité du port.

Selon Philippe Pepe, vice-président du syndicat des chalutiers de Martigues, «tout est bloqué en Provence-Alpes-Côte-d'Azur et dans le Languedoc-Roussillon en attendant une réponse de (la réunion de) Boulogne».

Normandie: le mouvement continue
Les marins de Granville (Manche) et de Ouistreham (Calvados) ont voté la poursuite du mouvement, tandis que les accès à la raffinerie Total du Havre restaient bloqués.

Mouvement des pêcheurs : le désaccord persiste à Boulogne
La réunion commencée ce matin à Boulogne sur la situation des marins-pêcheurs n’est pas prêt de se terminer : alors que les syndicats sont plutôt partants pour une reprise du travail, comme nous l’a affirmé hier Jean Thiébaut, de la CFDT pêches maritimes, les comités locaux des pêches souhaitent durcir le mouvement. D’ailleurs, le port de Boulogne-sur-Mer était de nouveau bloqué par des fileyeurs ce matin, qui se plaignent de n'avoir rien obtenu pour les quotas de pêche du cabillaud.

Dimanche, certains représentants syndicaux ont exprimé leur souhait de reprendre le travail alors que d'autres - notamment les fileyeurs boulonnais - veulent continuer le mouvement.

Reprise progressive à La Turballe
Les pêcheurs de La Turballe reprenaient progressivement la mer lundi, décidés à «donner une chance» au ministre de la Pêche de mettre en place le mécanisme d'aide contre la hausse du prix du gazole, selon comité local des pêches.