Blocage à Caen et Ouistreham

© 2008 AFP

— 

afp.com

Blocages dans l'Ouest de la France. Des marins-pêcheurs ont bloqué jeudi après-midi deux dépôts de carburants à Caen et un à Ouistreham (Manche), ainsi que les accès à la gare maritime de Cherbourg (Manche) et un rond-point à l'entrée de la ville.

Une cinquantaine de marins-pêcheurs venus de Port-en-Bessin (Calvados), selon la police, ont bloqué les accès aux deux dépôts de carburant de Caen qui approvisionnent la Basse-Normandie.

15h15. Reblocage à Dieppe.
Les marins-pêcheurs de Dieppe ont reconduit jeudi midi le blocage du port transmanche entamé lundi et qui empêche tout mouvement de ferries avec la Grande-Bretagne, a-t-on appris auprès du comité local des pêches.

«C'est leur décision, je la respecte mais il faut savoir que nous, les représentants des pêcheurs, nous ne maîtrisons plus rien du tout», a déclaré à l'AFP Eric Maret, président du comité local des pêches de Dieppe qui représente une flotille de 80 bateaux.

«Les pêcheurs veulent le gazole à 40 centimes à la pompe mais pas d'un mécanisme d'aide social qui les apparente à des cas sociaux», a-t-il précisé.

L'autre problème, c'est que beaucoup de bateaux ont atteint leurs quotas tant en maquereau qu'en cabillaud ou merlan. «Même avec un gazole à zéro centime ils ne pourraient prendre la mer faute de quotas», a déploré Alexis Maheut, président du comité régional des pêches de Haute-Normandie.

15h10. Déblocage total à l'étang de Berre. Les accès aux sites pétroliers de la zone de l'étang de Berre qui étaient bloqués par des marins-pêcheurs ont tous été dégagés par les forces de l'ordre à la mi-journée jeudi. La circulation des camions-citernes approvisionnant les stations-service a pu reprendre.

14h. Les forces de l'ordre débloquent le dépôt de Fos.
Plusieurs sites pétroliers de la zone de l'étang de Berre qui étaient bloqués par des marins-pêcheurs ont été dégagés par les forces de l'ordre jeudi en fin de matinée, a-t-on appris de sources concordantes.

Selon la préfecture des Bouches-du-Rhône, les forces de l'ordre sont intervenues au Dépôt de Fos (DPF), dont les accès étaient barrés par intermittence depuis mardi par des pêcheurs protestant contre la flambée des cours du gazole. L'intervention s'est déroulée dans le calme, selon la préfecture.


Ce midi

Les marins-pêcheurs ont de nouveau bloqué jeudi matin les accès à plusieurs dépôts pétroliers des Bouches-du-Rhône. Ils sont insatisfaits des propositions mercredi du ministre de la Pêche Michel Barnier, a déclaré leur représentant à l'AFP.

«Pas de raison d'arrêter»

«Nous avons recommencé à bloquer les dépôts de Fos, Berre, La Mède et Lavera», a affirmé le président du syndicat des chalutiers de Martigues (Bouches-du-Rhône) Frédéric Matéo. «Il n'y a pas de raisons d'arrêter le mouvement, il faut aller jusqu'au bout». Il a annoncé une réunion dans la matinée à Sète (Hérault) pour étudier les suites à donner au conflit.

A sec

Certains des dépôts ont été bloqués dès 4H du matin, selon la préfecture des Bouches-du-Rhône. Celle-ci a précisé qu'il n'y avait pas de pénurie aux pompes dans le département, les stations-services ayant été réapprovisionnées dans la nuit à la faveur de la levée provisoire du blocus des dépôts.

Mercredi, plusieurs stations-services d'hypermarchés de la région marseillaise s'étaient retrouvées à sec en raison de l'afflux d'automobilistes inquiets mais la situation semblait revenir à la normale jeudi matin. Une porte-parole de Carrefour a indiqué que des camions avaient pu passer dans la nuit ou la matinée.

Par ailleurs, a souligné la préfecture, les distributeurs sont autorisés à aller s'approvionner dans les dépôts des départements limitrophes, qui ne sont pas touchés par la grève des marins-pêcheurs.