Le meurtrier d'Audrey condamné à la réclusion à perpétuité

JUSTICE La jeune femme de 24 ans avait été violée puis étranglée en 2005...

Avec agence

— 

Toujours serviable et disponible pour certains de ses voisins, "sadique" et "pervers" pour d'autres: le premier jour du procès de Jean-Luc Cayez pour le viol et le meurtre en septembre 2005 d'une jeune femme habitant la résidence dont il était le gardien, a mis en évidence la double personnalité de l'accusé.
Toujours serviable et disponible pour certains de ses voisins, "sadique" et "pervers" pour d'autres: le premier jour du procès de Jean-Luc Cayez pour le viol et le meurtre en septembre 2005 d'une jeune femme habitant la résidence dont il était le gardien, a mis en évidence la double personnalité de l'accusé. — Raphael Michel AFP

Jean-Luc Cayez a été condamné ce vendredi par la cour d'assises de l'Essonne à la réclusion criminelle à perpétuité, assortie d'une peine de sûreté de 22 ans, pour le meurtre et le viol d'Audrey Jouannet, 24 ans.

Il s'agit de la peine maximale prévue pour de tels faits. Le verdict, conforme aux réquisitions de l'avocat général, a été accueilli par des applaudissements, puis des insultes à l'encontre de l'accusé.

Déjà condamné pour viol

Dans la nuit du 13 au 14 septembre 2005, Jean-Luc Cayez, 50 ans, s'était introduit, cagoulé et muni d'un fusil à pompe, au domicile de la jeune fille qui habitait la résidence dont il était le gardien à Soisy-sur-Seine. Après l'avoir séquestrée et violée, il l'avait étranglée avec une corde à sauter.

Jean-Luc Cayez avait déjà été condamné à deux reprises pour viol en 1984 et 1981 à respectivement 7 et 20 ans de prison. Il était sorti en 2002, profitant des réductions de peine et des décrets de grâce présidentielle.