Pour que la société s'ouvre aux autistes

SANTE Le gouvernement lance un plan biennal fondé sur une approche comportementale de la maladie...

Vincent Vantighem

— 

«Des années de retard en la matière.» Le sentiment de Xavier Bertrand est partagé par les familles: la France a de quoi faire en matière de prise en charge des autistes. Ce matin, le ministre de la Famille et de la Solidarité doit présenter, avec Roselyne Bachelot et Valérie Létard, le plan autisme 2008-2010. Un plan censé dépasser «les clivages sur la maladie», a déjà prévenu Valérie Létard, secrétaire d'Etat à la Solidarité.

En clair: enterrer la hache de guerre entre les tenants des méthodes comportementales et les adeptes de l'approche psychiatrique. Si la prise en charge des malades était jusqu'à présent assurée par les seconds, le gouvernement entend faire appel aux premiers pour diversifier l'offre de soins dans l'intérêt des autistes et de leurs familles. Comment ? En finançant l'ouverture d'établissements clairement éducatifs ou en améliorant la scolarisation précoce des enfants dans des structures ordinaires. La mise en place d'une consultation obligatoire avec présentation des parcours de soins possibles est aussi prévue. En tout, une trentaine de mesures doivent être officialisées aujourd'hui.