Mali: Quatre soldats français blessés lors d'une attaque «terroriste» à Gao, au moins deux civils morts

ATTAQUE Des militaires français sont tombés ce dimanche dans une embuscade tendue par des terroristes...

H. B. avec AFP

— 

La guerre menée au Sahel par les 4.000 troupes de l'opération Barkhane aurait permis de neutraliser un total de 450 djihadistes depuis l'été 2014.
La guerre menée au Sahel par les 4.000 troupes de l'opération Barkhane aurait permis de neutraliser un total de 450 djihadistes depuis l'été 2014. — PASCAL GUYOT / AFP

Nouvelle attaque dans le Sahel. Quatre soldats français de la force Barkhane ont été blessés dimanche lors d'une attaque terroriste dans un quartier de Gao,  dans le centre-nord du Mali, a annoncé l'état-major français des armées.

« Des militaires français de l’opération Barkhane sont tombés ce dimanche dans une embuscade tendue par des terroristes à la sortie qui mène vers la localité de Bourem », a déclaré la source militaire occidentale. Une source militaire malienne a confirmé cette information.

Il y a eu «quatre blessés chez Barkhane» et au moins deux morts et une vingtaine de blessés chez les civils, a indiqué l'état-major à l'AFP. Selon les autorités maliennes citant un bilan provisoire de source hospitalière, cet attentat a fait quatre morts et 23 blessés parmi des civils.

A Paris, l'armée française a assuré qu'aucun soldat français n'avait été tué dans cette attaque. «Il n'y a pas de mort parmi les soldats français», a déclaré à l'AFP le porte-parole de l'état-major français des armées, le colonel Patrik Steiger.

« Une voiture piégée conduite par un kamikaze »

Une habitante de Gao a déclaré de son côté que « c’est une patrouille de l’opération Barkhane qui a été visée par une voiture piégée conduite par un kamikaze (…) de Gao ». « Très vigilant, un blindé lui a barré la voie et le véhicule kamikaze s’est fait exploser », a déclaré Fatouma Wangara, ajoutant que des hélicoptères de la force Barkhane survolaient le ciel au-dessus de Gao.

« Le périmètre de l’attaque a été complètement bouclé par les militaires français », a indiqué un jeune habitant de Gao, ajoutant que des blessés ont été acheminés à l’hôpital de Gao.

Cette attaque survient alors que le sommet de l'Union africaine s'est ouvert dimanche à Nouakchott, deux jours après un attentat suicide perpétré vendredi au Mali contre le QG de la force conjointe du G5 Sahel lancée en 2017, qui a fait trois morts, dont deux militaires de cette force.