1er mai: entre 120.000 et 200.000 manifestants en France

SOCIAL Plusieurs dizaines de milliers de personnes ont manifesté à Marseille, Bordeaux, Lille...

D'après agence

— 

C'est la CGT qui l'annonce: les quelque 150 manifestations du 1er mai, où le syndicat était présent, ont rassemblé «plus de 200.000 personnes» en France soit un chiffre équivalent à celui de 2007 au niveau national, selon un décompte du syndicat. Le ministère de l'Intérieur a décompté pour sa part 119.600 manifestants.

A Paris, entre 15.000 (selon la police) et 30.000 personnes — source syndicale — étaient rassemblés pour le pouvoir d'achat et les retraites, dans le principal défilé parisien du 1er mai, fête du Travail, à l'appel de la CGT, la CFDT, l'Unsa, la FSU et Solidaires.

Les leaders syndicaux Bernard Thibault (CGT), François Chérèque (CFDT), Gérard Aschiéri (FSU) et Annick Coupé (Solidaires) ont pris place dans le carré de tête de la manifestation, derrière une banderole portant la mention: «Ensemble pour les salaires, l'emploi et les retraites».

Les salariés sans papiers en grève depuis le 15 avril sont à l'honneur, en tête du carré CGT, au lendemain de l'annonce par le syndicat de la régularisation de trois d'entre eux par la Préfecture des Hauts-de-Seine, les premières depuis le début de leur mouvement coordonné dans plusieurs entreprises d'Ile-de-France.

Des salariés du quotidien Le Monde, masqués et vêtus de tee-shirts blancs, se sont égayés dans la foule pour protester contre le plan de suppression de 129 emplois qui a été annoncé récemment.

Les cortèges du 1er mai ont fait le plein dans les régions. Entre 2.500 et 3.000 personnes selon la police, 30.000 selon les syndicats, ont manifesté à Marseille.

Dans les premiers rangs, des salariés de l'usine Coca-Cola des Pennes-Mirabeau et du site ST Microelectronics de Rousset qui ont récemment obtenu des augmentations après des grèves, défilaient derrière une banderole commune: «Pour les salaires on a lutté, pour les salaires on a gagné». Dockers et agents portuaires qui observent depuis trois semaines une grève perlée à Marseille contre la réforme des ports autonomes, étaient en nombre.

Dans le reste des Bouches-du-Rhône, 400 personnes ont manifesté à Arles selon un correspondant de l'AFP, un millier à Martigues selon la CGT.

Dans le Gard, 800 personnes ont défilé à Nîmes selon les organisateurs (CGT-Unsa-FSU-Solidaires), 450 selon la police.

A Nantes, ils étaient 2.000 selon la police, 4.000 selon la CGT. A Saint-Nazaire, 400 selon la police, 700 selon la CFDT. A Brest 400 (police) et entre 500 et 600 à Saint-Brieuc (police). A Bordeaux, les organisateurs ont recensé 4.000 manifestants, la police 2.000. Environ 2.700 personnes selon la police, 5.000 selon les organisateurs, ont manifesté jeudi matin dans le centre de Lyon.

A Rennes, quelque 1.200 personnes ont défilé, avec une poignée de lycéens et des salariés de Keolis Emeraude en grève.

Ils étaient aussi entre 1.000 et 1.500 à Lille. En Picardie, 3.000 personnes ont manifesté à Amiens, dont des salariés du site Goodyear (ex-Dunlop), en queue de cortège, pour dire "non aux 4X8".

A Nice, les manifestants étaient en nombre sensiblement supérieur au 1er mai 2007 - entre 1.300 selon la police et 3.000 selon les organisateurs.

La grande manifestation unitaire doit s’élancer à 14h30. La CFTC qui mobilisait seule, a rassemblé plusieurs milliers de personnes.