«La France qui travaille», le muguet et Nicolas Sarkozy

— 

Vendu ou offert en brins, en bouquets ou, de plus en plus, en pots, le muguet est essentiellement cultivé dans la région nantaise, où les derniers jours d'ensoleillement lui ont permis cette année de répondre présent pour l'incontournable rendez-vous du 1er mai.
Vendu ou offert en brins, en bouquets ou, de plus en plus, en pots, le muguet est essentiellement cultivé dans la région nantaise, où les derniers jours d'ensoleillement lui ont permis cette année de répondre présent pour l'incontournable rendez-vous du 1er mai. — André Dunand AFP

Tout aussi traditionnel que les manifestations, le Muguet du Premier Mai a été l’occasion pour Nicolas Sarkozy de célébrer mercredi «la France qui travaille» en recevant à l'Elysée des représentants du marché international de Rungis.

Rappelant que durant la campagne présidentielle, il avait visité en février 2007 le célèbre marché situé dans le Val-de-Marne, le chef de l'Etat a vanté «un endroit extraordinaire», «plein d'humanité et qui recèle beaucoup de valeurs, au premier rang desquelles le sens du travail». «En tant que président de la République, je serai très heureux de me rendre à Rungis pour y saluer la France qui travaille, qui m'est particulièrement chère», a-t-il déclaré, suggérant à ses hôtes de l'y inviter. «Me lever tôt pour venir vous voir, c'est pas un problème!», a-t-il assuré.

Comme ses prédécesseurs, le chef de l'Etat s'est vu offrir le muguet du 1er mai et une sélection de produits du marché. Parmi fruits, légumes et viandes était disposée une guitare couverte de muguet, en clin d'oeil à son épouse, la chanteuse Carla Bruni-Sarkozy. «Ça fera plaisir à Carla», a-t-il remercié.