Meurtre de Sussanna: Guigou met Sarkozy en cause

Sa C avec agence

— 

La députée PS Elisabeth Guigou a accusé lundi Ségolène Royal d'être allée "sur le terrain" de Nicolas Sarkozy en évoquant sa rupture avec François Hollande lors d'une émission de Michel Drucker.
La députée PS Elisabeth Guigou a accusé lundi Ségolène Royal d'être allée "sur le terrain" de Nicolas Sarkozy en évoquant sa rupture avec François Hollande lors d'une émission de Michel Drucker. — franck fife AFP

Après la polémique sur la récidive, l’affaire Sussanna Zetterberg suscite de nouveaux remous. Alors que Michèle Alliot-Marie a reconnu lundi soir que Bruno Cholet n’avait jamais été enregistré au fichage des empreintes génétiques de la police (Fnaeg), l'ex-Garde des sceaux Elisabeth Guigou (PS), auteur de la loi Guigou qui a créé ce fichier en 1998, a mis en cause Nicolas Sarkozy, mardi soir, en tant qu'ex-ministre de l'Intérieur.

La députée de Seine-Saint-Denis attribue cette lacune au fait que «ce fichier, créé au départ pour les délinquants sexuels, a été élargi par la loi de sécurité intérieure de Nicolas Sarkozy, alors ministre de l'Intérieur, à tous les délinquants». L'ex-Garde des sceaux s'appuie sur les déclarations mardi de la ministre de l'Intérieur Michèle Alliot-Marie, pour qui «le fichier est aujourd'hui encombré car nous enregistrons de plus en plus d'empreintes». «L'empilement des lois, la surenchère constante ne font pas une politique de sécurité efficace», a conclu Elisabeth Guigou.

Mercredi, le procureur de la République de Paris fera un point sur l’enquête dans le cadre du meurtre de Sussanna Zetterberg. des précisions à suivre, sur 20minutes.fr.