Meurtre de Sussanna: Le mystère de l’ADN disparu du suspect

Sa C
— 
Un maniaque sexuel multirécidiviste, Bruno Cholet, 51 ans, a été mis en examen dimanche à Paris pour le meurtre de l'étudiante suédoise retrouvée morte le 19 avril en forêt de Chantilly (Oise), à l'issue d'une enquête éclair des enquêteurs de la Criminelle.
Un maniaque sexuel multirécidiviste, Bruno Cholet, 51 ans, a été mis en examen dimanche à Paris pour le meurtre de l'étudiante suédoise retrouvée morte le 19 avril en forêt de Chantilly (Oise), à l'issue d'une enquête éclair des enquêteurs de la Criminelle. — Stéphane de Sakutin AFP

Où a bien pu s’envoler la trace ADN de Bruno Cholet, prélevée par les services de police dès 2005? Car le suspect numéro 1 dans l’affaire de l’enlèvement et du meurtre de la jeune Sussanna Zetterberg, multirécidiviste, n’est pas enregistré dans le fichier national d’empreinte génétique (Fnaeg). Ce fichier a pourtant été créé en 1998 pour les infractions sexuelles avant d’être élargi, en 2003, à d'autres infractions.
 
>> A lire: le point sur l’enquête
 
Selon «Le Parisien», un couac s’est produit entre la police judiciaire de Versailles, qui a prélevé l’échantillon et un laboratoire de la police scientifique et technique, basé à Ecully (Rhônes). Le prélèvement a lieu le 28 juin 2005, après l’interpellation de Bruno Cholet pour un braquage commis le 8 mai 2000, au Chesnay (Yvelines). Six mois plus tard, en décembre 2005, l’échantillon part pour le laboratoire, chargé de collecter et de conserver toutes ces données pour les comparer à des affaires en cours ou passées. Problème: le centre d’Ecully renvoie le prélèvement à Versailles car le code barre qui l’accompagne serait défectueux. On perd la trace de l’empreinte à ce moment-là.
 
Un couac qui a provoqué des remous au ministère de l’Intérieur. Lundi, Michèle Alliot-Marie a demandé une enquête interne. «Il y a sans doute un dysfonctionnement, a reconnu la ministre. Le problème est de savoir d'où il vient et comment il s'explique. Je ne peux le dire avant d'avoir les résultats de l'enquête.» Pour l’heure, la seule certitude des enquêteurs est que Bruno Cholet est étranger au viol d’une autre suédoise, retrouvée errante à Orgeval (Yvelines), en février dernier.