AFPTV

JUSTICE

Ourse Cannelle: le chasseur relaxé

Le juge a suivi les réquisitions du procureur qui avait estimé que le chasseur se trouvait en état de «nécessité» quand il a ouvert le feu…

Le tribunal correctionnel de Pau a prononcé lundi la relaxe de René Marquèze, 65 ans, le chasseur qui a tué en 2004 l'ourse Cannelle, dernière ourse de souche pyrénéenne.

Un «permis de tuer» pour WWF

Le juge a suivi les réquisitions du procureur de la République qui avait estimé le 14 mars, après trois jours de débats difficiles, que le chasseur se trouvait en état de «nécessité» quand il a ouvert le feu, une thèse contestée par les parties civiles - de multiples associations de défense de la nature.

Une relaxe mal accueillie par le Fonds mondial pour la nature (WWF) qui juge qu’elle «met à bas la protection de nombreuses espèces animales en France», en accordant un «permis de tuer». «Ce jugement revient à faire disparaître purement et simplement le statut d'espèce protégée en France. Il suffit en effet désormais de se rendre volontairement dans un lieu où l'on sait que l'on va rencontrer un animal sauvage protégé, de le tuer et d'invoquer ensuite la légitime défense pour être exonéré de toute culpabilité», a déploré WWF dans un communiqué.

Le parquet a deux mois pour faire appel


Au cours de la longue procédure, marquée notamment par l'invalidation d'un non-lieu en sa faveur rendu par le juge d'instruction, René Marquèze a toujours assuré n'avoir tiré qu'en dernier recours, lors d'une partie de chasse au sanglier, après avoir cherché à se protéger lui-même de l'animal qui le chargeait.

Le parquet général peut théoriquement faire appel de ce jugement, dans un délai de deux mois, a précisé une source judiciaire.