Londres-Paris en douze heures

David Carzon - ©2008 20 minutes

— 

L'Eurostar pulvérise son record de lenteur et ça ne fait pas plaisir à tout le monde. Quelque 640 passagers d'un Eurostar ont mis douze heures, dans la nuit de vendredi à samedi, pour effectuer la liaison Londres-Paris. Une galère pour les passagers et « une catastrophe » pour la SNCF, comme l'a reconnu Mireille Faugère, directrice Voyages France-Europe de l'entreprise ferroviaire, qui a évoqué « la malchance et une série de cafouillages techniques ».

Pour les voyageurs, tout se passe normalement de Londres jusqu'à Lille. C'est là qu'ils changent de train avec un autre Eurostar qui devait se rendre à Londres mais ne pouvait pas emprunter le tunnel pour cause de problème technique. Les trains font demi-tour, mais si celui venant de Londres y retourne sans problème, c'est le début de la galère pour les autres. « Nous sommes partis de Londres dans un train qui fonctionnait normalement et on nous a transférés dans un Eurostar défectueux, a expliqué à l'AFP l'une des passagères. Dès qu'on est montés dedans, on s'est doutés qu'on allait avoir des problèmes. » Effectivement, le train, très lent, finit par s'arrêter en rase campagne. La SNCF mettra quatre heures à envoyer une autre rame, qui les ramènera à bon port... mais à vitesse réduite pour cause de nouveaux ennuis techniques.

A la SNCF, on prend cette affaire très au sérieux et un rapport sera remis ce matin au secrétaire d'Etat aux Transports. Il devra notamment expliquer pourquoi les voyageurs ont été transférés dans un train qui présentait des problèmes.