Les ports mobilisés contre la privatisation

- ©2008 20 minutes

— 

Ils sont prêts à « entrer dans un conflit très dur ». La Fédération nationale CGT des ports et docks a lancé hier un appel à la grève pour mercredi, jour où le Conseil des ministres doit examiner le projet de loi de réforme des ports autonomes. Le texte prévoit le passage de la totalité des activités de manutention portuaire, en particulier celles des grutiers et des déchargeurs de bateaux, sous le contrôle de sociétés privées.

La grève, suspendue hier, touchait le Port autonome de Marseille depuis jeudi et s'était étendue à Nantes, Saint-Nazaire, Dunkerque, Bordeaux, Le Havre, Rouen... Hier, la plupart des sites ont donc repris le travail en attendant une nouvelle mobilisation mercredi. Si pendant quatre jours l'activité passagers des ports a continué d'être assurée, le trafic de marchandises et de pétrole a été stoppé, ce qui a bloqué en rade des dizaines de navires - pétroliers, chimiquiers, gaziers....

Les grévistes affirment que le gouvernement veut imposer son projet de loi sans négociation. « Le gouvernement est pressé, mais son projet ne va pas passer aussi facilement qu'il le croit », prévient Pascal Galeoté, leader CGT du Port autonome de Marseille.