Coup de gueule contre Robert Ménard

POLEMIQUE Frédéric Lefebvre, député et porte-parole de l'UMP, s'en prend au patron de RSF...

Stéphane Colineau
— 
T. COEX / AFP

Comment combattre utilement la répression chinoise au Tibet? C'est, en creux, le débat lancé par Fréderic Lefèbvre. Ce député, également porte-parole de l'UMP et proche de Nicolas Sarkozy, a décidé d'adresser une lettre ouverte à Robert Ménard, le médiatique patron de Reporters sans frontières. 

Dans ce courrier, que «20 Minutes» a pu lire en avant-première, le parlementaire ne mâche pas ses mots. Robert Ménard est coupable à ses yeux d'avoir desservi la cause tibétaine en manifestant une agressivité déplacée lors du passage de la flamme à Paris, le 7 avril. Une journée contre-productive et dangereuse, estime Frédéric Lefèbvre, qui le fait savoir vertement au patron de l'ONG. «Monsieur Ménard, vous avez marqué avec RSF un but contre votre camp, écrit-il. Alors que les sportifs français avaient décidé de porter un badge aux yeux du monde entier, vous les avez empêchés de manifester ainsi avec dignité leur solidarité avec le Tibet... quelle belle réussite!» Le député, qui accuse RSF de vouloir assurer sa promotion, conclut ainsi: «Ce n'est pas en faisant un bras d'honneur qu'on engage le dialogue indispensable à la politique de la main tendue.» 

Invité à réagir, Robert Ménard se déclare étonné. «Qu'a-t-on obtenu de la Chine avec les méthodes préconisées par M. Lefèbvre? Jamais rien! Nous continuerons donc de manifester tout au long du parcours de manière non violente, jusqu'à Pékin, si nécessaire.» 

flamme Le 7 avril, RSF avait déployé des banderoles sur la tour Eiffel et la cathédrale Notre-Dame. La journée avait aussi été marquée par de l’hostilité à l’égard des sportifs porteurs de la flamme.

>>> Tout notre dossier sur les JO 2008, en cliquant ici...