Les chômeurs de plus de 57 ans et demi ne seront plus exonérés de recherche d’emploi

Avec agence

— 

Pour la ministre française de l'Economie Christine Lagarde, "il y a clairement un examen de conscience à l'oeuvre" dans l'industrie bancaire". Il faut maintenant trouver "le point d'équilibre entre ce qui est bon pour la finance" et ce qui peut entraîner des risques excessifs par les opérateurs.
Pour la ministre française de l'Economie Christine Lagarde, "il y a clairement un examen de conscience à l'oeuvre" dans l'industrie bancaire". Il faut maintenant trouver "le point d'équilibre entre ce qui est bon pour la finance" et ce qui peut entraîner des risques excessifs par les opérateurs. — Saul Loeb AFP

Christine Lagarde veut remettre les chômeurs au travail. La ministre de l'Emploi se déclare prête à lever la dispense de recherche d'emploi (DRE) pour les chômeurs de plus de 57 ans et demi, estimant qu'à cet âge-là «on n'est pas fichu, on peut retrouver un emploi», jeudi dans une interview au «Républicain Lorrain».

Depuis 1985, les demandeurs d'emploi de plus de 57 ans et demi (ou plus de 55 ans sous certaines conditions) peuvent conserver leurs droits à indemnisation sans avoir à effectuer les démarches régulières demandées aux autres chômeurs.

Fin décembre 2007, 383.117 chômeurs étaient officiellement dispensés de recherche d'emploi, selon des chiffres du régime d'assurance chômage (Unedic). La suppression des DRE ferait mathématiquement fortement grimper le nombre de demandeurs d'emploi inscrits à l'ANPE.

Des offres d’emploi plus loin du domicile


Dans la même interview, Christine Lagarde a indiqué que les nouvelles sanctions des chômeurs refusant deux offres «raisonnables» d'emploi feront l'objet d'un projet de loi d'ici fin 2008, voire avant. Ce qui pourrait confirmer les informations publiées par le journal «Les Echos» lundi qui faisait état d'un durcissement des conditions au bout de 6 mois de recherche d'emploi.

Les chômeurs vont devoir faire des efforts: «Celui qui a été dans une profession très étroite, il lui faudra ouvrir un peu. Celui qui a travaillé tout près de chez lui, il faudra qu’il envisage d’aller un peu plus loin. Et au-delà du seul salaire, il faudra que le demandeur d’emploi prenne aussi en considération l’intérêt des postes qui lui sont proposés», précise la ministre.

Pour le secrétaire d’Etat à l’Emploi, Laurent Wauquiez, «si des gens ont refusé de passer d’un garage Citroën à un garage Peugeot, on peut dire que cette attitude n’est pas raisonnable». «Il faut être plus exigeant avec la petite minorité qui ne jouerait pas le jeu», selon lui.

Les chômeurs ne sont pas des «fainéants»

La ministre et son secrétaire d'Etat à l’Emploi Laurent Wauquiez ont entamé ce jeudi une série de consultations avec les leaders des organisations syndicales et patronales représentatives sur la réforme de l'assurance chômage, notamment sur des sanctions renforcées pour les chômeurs. Sans leur présenter ni document, ni projet précis.

Mais Bernard Thibaut, leader de la CGT, n’est pas dans les meilleures dispositions: «Le climat est de plus en plus lourd», a t-il déclaré jeudi. «Il est faux de considérer que les chômeurs sont d'abord des salariés fainéants qui se complaisent dans une situation d'exclusion. Il est faux de considérer que nous avons simplement un nombre de chômeurs au niveau où il est officiellement répertorié.»