« Il faudrait bloquer les loyers et redistribuer des bénéfices »

Recueilli par Stéphane Colineau - ©2008 20 minutes

— 

François Rebsamen

Numéro 2 du PS.

L'augmentation des prix, 3,2 % en un an, est sans précédent depuis 1991. S'il était au pouvoir, le PS ferait-il mieux que la majorité actuelle ?

Avant tout, il faut revoir la structure de l'indice des prix. Les ménages modestes souffrent de hausses supérieures à ces 3,2 %. Tout simplement parce que le logement, l'alimentation et l'énergie, qui augmentent davantage que la moyenne des prix, constituent l'essentiel de leurs dépenses. Par ailleurs, même si la conjoncture mondiale explique en partie la baisse du pouvoir d'achat, la majorité a sa part de responsabilité.

En quoi ?

Sans les milliards de cadeaux fiscaux aux plus aisés, on n'assisterait pas à cette panique généralisée dans la recherche d'économie de quelques millions sur le dos des ménages modestes, comme le montrent les épisodes de la carte Familles nombreuses et des remboursements de frais d'optique.

Le gouvernement n'est pas responsable de la hausse de 47 % du cours du brut en sept mois, ou des prix de l'immobilier...

Non, mais il a des moyens d'action. Il faudrait bloquer les loyers ou redistribuer les bénéfices supplémentaires que l'Etat tire des prix de l'essence à la pompe. En décidant la fusion GDF-Suez, la majorité est aussi en partie responsable de l'augmentation des prix du gaz, Concernant l'alimentation, elle pourrait faire jouer la concurrence entre la grande distribution en laissant les élus locaux décider des implantations. Aujourd'hui, une commission nationale s'en charge, et les grands groupes sont en quasi-monopole dans certaines villes.

Le PS choisira en novembre un successeur à François Hollande. Vous êtes candidat ?

Aujourd'hui, je m'inscris dans la démarche collective que Ségolène Royal a lancée en demandant la participation des adhérents du PS pour élaborer un texte en vue du congrès. Cette démarche intéresse beaucoup, on voit fleurir de nombreuses contributions.