Carte Familles nombreuses: «Ce n'est pas le moment de détruire un symbole de la politique familiale»

INTERVIEW Antoine Renard, président des Associations familiales catholiques réagit à la décision du gouvernement de ne plus financer ce dispositif de réduction...

Propos recueillis par Catherine Fournier

— 

La nouvelle carte familles nombreuses, que doit présenter ce jeudi le gouvernement, sera "généraliste", avec en plus des actuelles réductions auprès de la SNCF, des remises sur des biens et services pour aider les foyers qui comptent plus de deux enfants.
La nouvelle carte familles nombreuses, que doit présenter ce jeudi le gouvernement, sera "généraliste", avec en plus des actuelles réductions auprès de la SNCF, des remises sur des biens et services pour aider les foyers qui comptent plus de deux enfants. — Denis Charlet AFP/Archives

Antoine Renard, président de la Confédération nationale des associations familiales catholiques réagit pour 20minutes.fr à la décision du gouvernement de ne plus financer la carte Familles nombreuses...
 
La politique familiale a longtemps été le domaine réservé de la droite. Etes-vous surpris de voir aujourd'hui un gouvernement de droite remettre en cause la carte Familles nombreuses?

Non. Je pense que ce gouvernement et surtout le Président manquent un peu de convictions et de certitudes. Ils lancent un tas de sujets à l'arène pour provoquer le débat. Si ça marche, on va au bout, si ça réagit mal, on arrête. C'est ce qu'on a pu observer avec le rapport Attali ou la possibilité de divorcer devant le notaire. Après avoir fait beaucoup de bruit, ces mesures semblent plus ou moins enterrées.
 
Vous pensez donc que le gouvernement peut faire marche arrière pour la carte Familles nombreuses?

Je ne sais pas, mais les réactions négatives sont nombreuses. Et pour cause. On vient à peine de nommer un secrétaire d'Etat à la Famille que son premier geste est de détruire un symbole de la politique familiale. Ce n'est vraiment pas le moment, d'autant que cela fait deux ans qu'il n'y a rien eu de fait en la matière. La dernière conférence de la famille remonte à 2006, date à laquelle l'élargissement du dispositif de la carte Familles nombreuses avait été décidé... Nicolas Sarkozy avait pourtant inscrit la politique familiale dans son programme et annoncé la création d'un Haut conseil de la politique familiale. On ne voit toujours rien venir.
 
Vous n'espérez donc rien de ce nouveau secrétariat d'Etat à la Famille?

Si. Nadine Morano semble avoir de bonnes idées par ailleurs, comme la lutte contre la pédopornogaphie ou l'instauration d'une préparation au mariage civil. Mais ce qui nous inquiète, c'est que cette mesure concernant la carte Familles nombreuses semble s'inscrire dans une révision plus globale des politiques publiques et donc de la politique familiale. Nous ne sommes pas contre le fait de remettre à plat le dispositif des allocations familiales, quitte à le soumettre à des conditions de ressources. Mais instaurer des plafonds serait une très mauvaise idée. Mieux vaut moduler ces allocations en fonction des ressources, sans exclure personne.