Cacophonie gouvernementale sur la carte Familles nombreuses

TRANSPORTS Des voix divergentes s'élèvent au sein de la majorité sur les modalités du désengagement de l'Etat...

Catherine Fournier (avec agence)

— 

Le ministre délégué à la Famille, Philippe Bas, a présenté jeudi une carte familles nombreuses enrichie d'avantages commerciaux auprès d'une vingtaine d'enseignes censés "faciliter la vie quotidienne" des familles de plus de deux enfants.
Le ministre délégué à la Famille, Philippe Bas, a présenté jeudi une carte familles nombreuses enrichie d'avantages commerciaux auprès d'une vingtaine d'enseignes censés "faciliter la vie quotidienne" des familles de plus de deux enfants. — Denis Charlet AFP/Archives

Supprimée ou pas supprimée, la carte Familles nombreuses? Difficile de le savoir, tant les déclarations contradictoires se multiplient au sein du gouvernement ou dans la bouche d'un même ministre depuis l'annonce du désengagement de l'Etat dans le financement de ce dispositif de réduction de la SNCF (70 millions d'euros par an), vendredi.

Dernière en date, Nadine Morano elle-même. Après avoir annoncé la première le remplacement par «des produits commerciaux» de la SNCF la carte Familles nombreuses, la secrétaire d'Etat à la Famille a mis beaucoup d'eau dans son vin ce jeudi soir. «Il est hors de question de faire disparaître cette carte, hors de question que l'Etat se désengage au service des familles, l'offre sera identique voire même meilleure et il n'y aura pas de plafond de ressouces pour en bénéficier», a-t-elle déclaré sur les ondes de RTL.

Economiser sept milliards d'ici à 2012

Un peu plus tôt, c'était au tour du secrétaire d'Etat aux Transports, Dominique Bussereau de faire volte-face sur la question. Après avoir déclaré ce jeudi matin que la carte famille nombreuse allait «certainement disparaître», il rectifié le tir en début d'après-midi, assurant que «les réductions pour les familles nombreuses à la SNCF grâce à la carte famille nombreuse ne disparaîtront pas».

Si le transfert de la gestion de cette carte et d'autres tarifs sociaux (congés annuels, étudiants ou trajets domicile-travail) à la SNCF semble acté - cette mesure vise, avec 165 autres, à faire économiser sept milliards d'euros à l'Etat d'ici à 2012 - toute la question est de savoir si les modalités de ces réductions resteront les mêmes. Là encore, les réponses divergent selon les membres du gouvernement.

«La politique familiale est un pilier du pacte social»

Certains se veulent très rassurants, voire même hostiles à l'idée de ce désengagement, tel Bernard Accoyer. «La politique familiale est un pilier du pacte social, indissociable du principe de la solidarité entre les générations. Un des atouts de la France est sa natalité. C’est le gage le plus solide de garantie d’avenir pour la solidarité nationale», souligne le président UMP de l'Assemblée nationale ce jeudi. «Cette solidarité doit continuer à s’appliquer pleinement aux familles, c’est son fondement même. C’est le rôle assigné aux Caisses d’allocations familiales depuis leur origine. Aussi, quel que soit leur financement, les réductions pour familles nombreuses ne sauraient être remises en cause», insiste-t-il.

Sans aller aussi loin, le président de la commission des Affaires économiques de l'Assemblée nationale, Patrick Ollier, assure que «les familles nombreuses n'ont pas à s'inquiéter de l'avenir. L'offre commerciale sera une offre qui permettra d'avoir des avantages identiques. Elle s'appellera autrement, c'est tout.» Idem pour le ministre de l'Ecologie, Jean-Louis Borloo, qui promet que la carte Famille nombreuses sera maintenue «d'une manière ou d'une autre».

La SNCF informée «vendredi»

Les déclarations de Jean-François Copé, chef de file des députés UMP, laissent toutefois percevoir une modification des conditions d'accès. Ce dernier a indiqué à RMC avoir «cru comprendre» qu'on s'acheminait vers la mise en place d'un plafond de ressources (actuellement, il suffit d'avoir trois enfants). «J'imagine que cela doit correspondre à un objectif de justice sociale», a-t-il souligné. Peu de temps après, Dominique Bussereau a confirmé que «ce que souhaite le gouvernement, c'est que la SNCF mette au point une nouvelle formule plus juste économiquement et socialement».

En plus d'être accessible sous conditions, la nouvelle carte sera-t-elle payante comme les autres cartes commerciales de la SNCF? Donnera-t-elle droit aux mêmes avantages? (Lire encadré) Sur ce point, le gouvernement refile la patate chaude à la SNCF. Qui précise qu'un comité consultatif de consommateurs devra réfléchir dès la semaine prochaine à la mise en place du nouveau dispositif. Avec pour consigne une mise en œuvre entre 2009 et 2011. Contactée par 20minutes.fr, l'entreprise publique prend soin de souligner qu'il s'agit «d'une décision politique», dont «elle a été informée comme tout le monde vendredi dernier».

Actuellement, la carte Familles nombreuses est accessible à partir de trois enfants et coûte 18 euros (renouvelables tous les trois ou six ans). Valable jusqu'aux 18 ans du dernier enfant, elle donne droit de façon permanente et à tous les membres de la famille à 30% de réduction pour trois enfants, 40% pour quatre, 50% pour cinq, et 75% au-delà.