Des hôpitaux regroupés et des petits blocs opératoires supprimés

SANTE C'est ce que préconise le rapport Larcher, remis ce jeudi à l'Elysée...

Avec agence

— 

L'Amuf (urgentistes) a maintenu mercredi son appel à une grève des soins non urgents jeudi, au contraire des anesthésistes-réanimateurs qui ont décidé de lever leur préavis, après la signature d'un accord sur le rachat des RTT à l'hôpital.
L'Amuf (urgentistes) a maintenu mercredi son appel à une grève des soins non urgents jeudi, au contraire des anesthésistes-réanimateurs qui ont décidé de lever leur préavis, après la signature d'un accord sur le rachat des RTT à l'hôpital. — Jean-Philippe Ksiazek AFP/Archives

Créer des «communautés hospitalières. C'est l'une des propositions phares du rapport Larcher sur les missions de l'hôpital, remis ce jeudi à Nicolas Sarkozy. Au total, l'ancien ministre préconise seize mesures pour réformer les hôpitaux.

Gérard Larcher, qui fut aussi président de la Fédération Hospitalière de France (FHF), s'est entouré d'une trentaine d'experts et a mené une large concertation pour préparer son rapport.

Dans ce texte d'une centaine de pages, Gérard Larcher propose ainsi des «rapprochements entre hôpitaux publics sur la base d'exigence de qualité et de sécurité ainsi que de pertinence économique» sous la forme de «communautés hospitalières de territoires fondées sur un projet d'activités médicales commun et dotées de compétences stratégiques».

Mutualiser les moyens

A l'échelle d'un territoire, les hôpitaux seraient donc incités financièrement à mutualiser leurs moyens. Les hôpitaux locaux pourraient ainsi renoncer à faire de la chirurgie et de l'obstétrique, et se spécialiser par exemple dans la gériatrie.

La ministre de la Santé, Roselyne Bachelot, a déjà repris à son compte cette notion de «territoires de santé» et la nécessité de «mettre en commun certaines fonctions». Mais «il n'est pas question de regrouper artificiellement les établissements depuis Paris», a-t-elle assuré.

Inquiétudes au niveau local

La fermeture des petits blocs opératoires, pour des raisons économiques mais aussi de sécurité des patients, est une préconisation récurrente des différents rapports publiés ces dernières années.

Elle n'en suscite pas moins l'inquiétude des élus locaux, des usagers et des personnels hospitaliers, qui y voient un recul du service public dans les zones isolées.

«Dortoirs pour personnes âgées»

Réunis le week-end dernier à Ucel (Ardèche), les comités de défense des hôpitaux et maternités de proximité ont demandé un «moratoire» sur les fermetures de services prévues dans nombre de régions.

«Les petits hôpitaux, considérés comme secondaires, deviennent un peu des hôpitaux dortoirs pour personnes âgées», a déploré le coprésident de la coordination Michel Antony, jugeant qu'«un petit hôpital peut très bien avoir une cardiologie, une maternité ou un secteur chirurgical conservés».

Possibilité de recruter des contractuels

Une autre proposition prêtée au rapport Larcher inquiète les personnels hospitaliers: il s'agit du développement des possibilités de recrutements contractuels des médecins par les directeurs d'hôpitaux. Un statut optionnel pourrait être proposé aux chirurgiens pour que les rémunérations de l'hôpital public soient attractives.

Le rapport préconiserait aussi le renforcement des responsabilités des directeurs d'hôpitaux et devrait faire des propositions pour limiter le recours aux urgences des hôpitaux, souvent encombrées par des cas non urgents.

Loi Les propositions du rapport Larcher doivent nourrir la loi sur l'organisation des soins, prévue pour l'automne, qui comportera un volet sur l'hôpital.