Fourniret reconnaît un meurtre

- ©2008 20 minutes

— 

Il parle chaque jour un peu plus. Quasi muet depuis le début de son procès à Charleville-Mézières, Michel Fourniret a pris la parole mardi pour défendre son épouse et coaccu­sée Monique Olivier. Et hier, il a reconnu le meurtre en 1989 de Jeanne-Marie Des­ramault, une jeune fille de 21 ans. « Vous venez de lire les faits qui me sont reprochés, je reconnais ces faits », a-t-il déclaré à la cour. Le corps de la victime n'avait été retrouvé qu'en juillet 2004, sur les indi­cations de Four­niret, dans le parc de son ex-propriété dans les Ardennes, le château du Sau­tou. Hier, le père de Jeanne-Marie a demandé à propos du couple « que la justice les punisse ».